Partagez | 
 

 Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Rafael P. O'Connell
Tortured Soul | Adorable Kid
avatar



MessageSujet: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Mer 7 Déc - 23:31

Son regard ne cessait de fixer les autres personnes qui siégeaient à la table. Quelques semaines qu’il était là, quelque semaine qu’il vivait avec eux. Rafael parlait peu, en leur compagnie. Il se contentait plutôt de sourire timidement, d’hocher la tête et d’obéir. En fait, il ne les comprenait pas vraiment. Il n’avait jamais vécu dans le bonheur d’être une famille, et à les voir aller, ils ne connaissaient que cela, contrairement à lui. Alors le Nympha ne les comprenait pas. Et cela lui faisait peur. Assis à table, il ne touchait à son assiette, regardant James rigoler avec sa fille. Ils semblaient si heureux….trop même. Il détestait cela… Lâchant les ustensiles qu’il tenait surement trop fort car ses petits poings lui faisait mal, Rafael fit grincer sa chaise et sortit de table. La conversation se coupa d’un coup sec, et du même coup, il figea.

    « Tu vas où, Raf?
    « Je…j’ai envie.


Il avait à peine murmuré, mais les deux autres semblèrent avoir entendu sa réponse. Alors qu’ils recommençaient à parler, Rafael quitta en vitesse la salle à manger, presque silencieusement, et fila vers l’entré. Le temps était frais et vu l’heure tardive, le petit enfila ses bottes, ses gants, son foulard et son manteau. Pas de tuque, il détestait cela. Une fois bien habillée, il lança un regard vers l’escalier en colimaçon, pensant au tableau de Pierre qui reposait dans sa chambre. Un instant plus tard, comme par magie, le tableau virola jusqu’à lui, et le petit, malgré ses petits bras, le prit dans ses bras et avec difficulté, quitta la maison des Irish.

Le temps était plutôt doux malgré les gros flocons qui ne cessaient de tomber avec force. Fronçant du nez à cause du froid, il serra le tableau contre son torse, le releva un peu pour ne pas qu’il traine dans la neige, et partit. Ses petits pieds le menèrent bien rapidement au bout de la rue, et ne sachant pas vraiment où aller, il se mit à penser à un endroit dont sa mère lui avait quelque fois parlé; Londres. Pouvoir incontrôlé aidant, un instant plus tard, il se trouvait devant la gare de King’s cross. Souriant comme un bienheureux, il se remit à marcher et marcher. Il ne savait pas vraiment où aller, et jeune insouciant qu’il était, il n’y prêtait pas vraiment attention. Tout ce qui lui importait, c’était les jolis lumières qui illuminaient les rues, et les gens qui se promenaient. Peut-être croiserait-il quelqu’un qu’il avait déjà vu chez ses grands-parents.

Malheureusement pour lui, un enfant de son âge seul dans la rue à une telle heure arrivait bien facilement l’attention. Il fallut à peine quelques minutes pour qu’une voiture de police ne se stoppe à ses côtés, l’un des hommes descendant, tout sourire mais un peu inquiétant, pour venir le voir. Rafael eut bien envie de partir en courant, mais devant un tel homme, cela ne semblait pas être une bonne idée.

    « Hé, mon garçon…t’es perdu?


Le policier lui tendait lui-même une solution. Un instant plus tard, Rafael avait les yeux inondés de larmes et les babines tremblantes. Il hocha vivement de la tête, renifla vulgairement alors que la morve lui coulait sans gêne de son nez.

    « Je …je suis sorti pour aller …aller chercher un ca…cadeau de Noel pour mon papa…et…et me suis perdu…


Le dernier mot finit en une espèce de lamentation pathétique qui eut pour effet de convaincre l’homme. Lui tendant la main, le policier le fit monter à l’arrière de la voiture de police. Le long du trajet, Rafael eut bien le temps de penser à qui il contacterait. Plusieurs fois, il avait entendu James parler de Morgan O’Connell, son oncle. James n’avait jamais prononcé le nom de son père, peut-être ne le connaissait-il pas tout simplement… mais Morgan O’Connell vivait peut-être à Londres, et c’était une bonne occasion pour rentrer en contact avec lui. Ce fut donc son nom qu’il prononça quand on lui demanda qui était son père.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I'd imagine the whole world was one big machine. Machines never come with any extra parts, you know. They always come with the exact amount they need. So I figured if the entire world was one big machine, I couldn't be an extra part. I had to be here for some reason. And that means you have to be here for some reason too.




Dernière édition par Rafael Parkinson le Mar 27 Déc - 3:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Mer 14 Déc - 16:31

Assis à la table de la cuisine, Morgan essayait de manger sa soupe. Il plongea sa cuillère dedans, sans grande conviction, et la porta à sa bouche. Comme prévu, elle n'était pas bonne, mais ce n'était pas étonnant, c'était lui qui l'avait faite. Enfin, non, pas vraiment, il l'avait acheté toute prête mais fallait croire que même pour choisir la nourriture, il était nul. Il attira à lui la bouteille de whisky posée à côté de son verre, et en versa plusieurs rasades dans la soupe. C'était beaucoup mieux. Évidemment ça n'arrangeait en rien son état comateux. Il devait être soûl la moitié de la journée ces derniers temps. L'autre moitié, il l'a passait soit à vomir et à se dire qu'il allait arrêter de boire, soit à tenter d'organiser des chasses. Mais il allait de moins en moins au manoir, en grande partie pour qu'on ne le voit pas comme ça, même si sa mère avait remarqué son état, et les plus proche de ses hommes aussi. Comment ne pas remarquer sa barbe, sa perte de poids, ses cernes? Ils n'avaient pas idée de tout ce qui lui passait par la tête. Un jour, il avait failli sauter par la fenêtre. Lucas, venu le voir, l'avait retenu de justesse. Il n'avait pas voulu se suicider, mais il était tellement sous l'emprise de l'alcool qu'il avait confondu la fenêtre avec la porte d'entrée. Pathétique.

Le chat de Thomas, Momo, qui ne pouvait pas compter sur lui d'ailleurs pour le nourrir, était redevenu quasi sauvage, et passait ses journées dehors à vadrouiller sur les toits. Pourtant il revenait tous les jours et il observait le cinglé qui occupait l'appartement de son ancien maître. Il était là en ce moment, Morgan pouvait voir ses grands yeux jaunes le regarder à travers la vitre. Il semblait miauler. L'irlandais lui fit des signes obscènes, jeta sa cuillère pour le faire fuir, mais sans succès. Il était en train de l'insulter depuis plusieurs minutes lorsque quelque chose retentit. Un bruit. Se crispant, Morgan essaya de faire marcher son cerveau devenu lent à cause du whisky. C'était pas la sonnette. C'était pas de la musique. C'était... le téléphone! Ce truc moldu que Thomas avait cru bon d'acquérir. Il sonnait. Le temps qu'il arrive jusqu'au combiné, le bruit cessa, et le répondeur se mit en marche.


" Monsieur O'Connell? Bonjour, ici le poste de police de Snow Hill. Nous avons retrouvé votre fils Rafael, merci de bien venir la chercher à l'adresse suivante... "


Il se mit à rire à gorge déployé avant la fin du message. Un fils?? Lui?? Ben voyons. Prit soudain d'un vertige, il s'effondra sur le canapé, arrêtant de rire. Il crut qu'il allait vomir sa soupe. Il se redressa finalement d'un coup sec, comme si il venait de réaliser quelque chose. La dame du répondeur avait dit quoi comme prénom? Il se mit à triturer l'appareil en appuyant sur tout un tas de touches, afin de réentendre le message. Il crut qu'il l'avait effacé, ou carrément rêvé, lorsque le répondeur se remit en marche. 'Votre fils Rafael... '. Par Merlin. Il en fut tellement bouleversé qu'il trébucha dans le tapis et tomba par terre. Il venait de se rappeler l'étrange apparition qu'il avait vu, il y a des mois déjà. C'était dans une autre vie presque, alors qu'il revoyait Elliot et qu'ils se battaient, comme d'habitude, dans ce manoir lugubre. 'S’il te plait, sauve-le. Sauve Rafael, sauve le dernier Parkinson. Sauve le fils de Liot'.' Rafael! Elliot! Merde.

Environ vingt minutes plus tard, il était dans les rues de Londres, sous les gros flocons de l'hiver. Morgan essayait de se convaincre qu'il n'y avait pas de rapport, que ce n'était que le hasard, et qu'il se déplaçait pour rien. Plusieurs fois, il faillit se faire écraser. Il avait la démarche hésitante, les yeux pas vraiment en face des trous, malgré la douche qu'il avait prise en vitesse. Il avait froid, il avait oublié ses gants, et son écharpe, et même, il avait enfilé le premier haut à manches courtes qu'il avait eu sous la main, sous le manteau, ça faisait mince. Il faillit aussi vomir deux ou trois fois, sous les yeux de quelques passants à la fois écœuré et compatissant. Alors quinze minutes plus tard, il changea d'avis et rebroussa chemin. Il n'avait pas de fils bordel, et pis il ne connaissait pas de Rafael! Sans cette apparition là, il ne se serait même pas prit la peine de sortir de l'appartement. Oui mais et si...


" Bonjour... hum... je viens chercher............ Rafael. Je suis Morgan O'Connell. "


La secrétaire l'observa au dessus de ses lunettes, longuement. Oui, il était entré dans ce poste de police moldu. Et oui, il ressemblait à un pauvre type. Après cinq bonnes minutes de dialogue complètement incompréhensible, pour l'un comme pour l'autre, on lui amena son... fils. Ils se dévisagèrent, sous les yeux d'un agent de police et de la secrétaire qui voulait lui faire signer un registre. Il y avait quelque chose, c'était indéniable. Un trait physique, une attitude, devenu typique de tous les O'Connells. Même avec le visage à moitié dissimulé sous son écharpe, et tout le reste de son petit corps emmitouflé dans sa veste et ses gants, il y avait un... truc. L'irlandais ne dit rien, ne fit rien. Il avait le tournis. Il se contenta de signer le registre, laissant se poursuivre le lourd silence entre eux deux, l'agent et la secrétaire qui fut quelque peu distraite par sa signature (Morgan aimait impressionner jusque dans sa signature). Il se tourna alors vers l'agent et le garçon, un petit sourire sur les lèvres, tellement faux et hypocrite qu'il fallait être aveugle pour ne pas le remarquer.

" Bon eh bien merci monsieur. C'était une rude journée pour nous tous hein! Hein....... Rafael. Tu nous a fais courir aujourd'hui! Bon...Je vais... On va donc y aller."

Il avait hésité à inventer une histoire, mais après réflexion, il n'avait pas envie de compliquer la situation, et en plus il avait envie de vomir. Encore. Il poussa la porte, regarda le garçon qui n'avait pas bougé et lui fit un signe de la tête pour qu'il le suive. Quelques instants plus tard, Morgan était à genoux dans une ruelle. Sa soupe au whisky était à présent sur les pavés.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rafael P. O'Connell
Tortured Soul | Adorable Kid
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Mar 27 Déc - 3:41

Le petit pouvait clairement sentir le regard des agents sur sa personne. Après tout, il avait passé toute sa vie à sentir les regards des autres sur lui, alors qu’il ne regardait pas. Il avait appris à les ignorer, et à jouer le jeu juste pour les berner. Alors c’était ce qu’il faisait, jouer le jeu. Assis sur une des chaises bien trop grande pour lui, il balançait ses petites jambes d’en avant en arrière avec énergie. Quelques minutes plus tôt, une secrétaire était venue le voir pour lui donner un chocolat chaud, et Rafael l’avait bu rapidement, faisant rire quelques personnes qui l’observaient. À leur yeux, il était totalement innocent…innocent. Il eut un léger rire à cette pensée. Il avait tué des dizaines de personnes, peut-être étaient-ils présentement à sa recherche, et eux, ils ne voyaient rien. Car il était un enfant, et les enfants étaient faits pour être innocent…Pauvre moldu, si facilement berné par un enfant au cœur malmené.

De nouveau, une secrétaire vint d’agenouiller devant lui. Ses yeux bleus tout curieux, il la fixa avec toute l’innocence d’un enfant. Elle lui sourit légèrement, penchant la tête sur la côté. Elle était jolie.

    « On a appelé ton papa, il s’en vient. Tu pourras rentrer chez toi avant la nuit, mon coco.
    « Merci!


Elle ricana légèrement, lui ébouriffa les cheveux puis retourna à son comptoir, toute à l’avant. Rafael la fixa un instant, avant de retourner son regard vers l’extérieur, fixant les flocons qui ne cessaient de tomber, la peur au ventre. Et si James avait signalé sa disparition? Et si c’était lui qui venait, au lieu de Morgan? Il ne voulait pas y aller, y retourner. Ce n’était pas sa place. Ses petits mains, comme par réflexe, se crispèrent contre les côtés de la chaise un petit plus à chaque fois qu’une personne rentrait dans le poste. Il avait peur.

Il fallut près d’une heure pour qu’il puisse entendre ce qu’il attendait.

    " Bonjour... hum... je viens chercher............ Rafael. Je suis Morgan O'Connell. "


Son cœur, tout petit, sortit presque de sa poitrine. Il savait bien que cet homme n’était pas son père, mais il sentait, il savait qu’il l’avait l’être. C’était les voix, celle toute petites qu’il réussissait à entendre clairement parfois, qu’ils lui avaient dit. Il était heureux que l’homme soit arrivé, et pourtant, il n’osait bouger de la chaise. Il était paralysé. Il avait peur. Un sursaut le prit quand un policier vint s’agenouiller devant lui, lui annonçant que son père était arrivé. Il hocha légèrement de la tête, et suivit le policier.

Ses yeux bleus s’agrandirent en voyant à quoi ressemblait Morgan. Il était grand, surement élégant, et beau. Enfin, il l’espérait. Pour le moment, l’homme semblait plutôt dans un piteux état… mais le petit pouvait tout de même voir toute l’élégance qui provenait de l’homme, autrefois. Il pouvait la voir. Alors qu’il fixait l’homme qu’il était venu le chercher, plusieurs choses se passèrent. Il fut surpris quand ils quittèrent les lieux plutôt facilement. Ces gens étaient aveugles pour ne pas voir qu’ils n’étaient pas père et fils.

    " Bon eh bien merci monsieur. C'était une rude journée pour nous tous hein! Hein....... Rafael. Tu nous a fais courir aujourd'hui! Bon...Je vais... On va donc y aller."


Le petit le suivit rapidement dans les rues, et un instant plus tard, ils se trouvaient dans une ruelle. Une grimace de dégout déforma ses traits en voyant l’homme vomir tout ce qu’il pouvait bien avoir dans l’estomac, soit rien, au sol.

    « Beurk.


L’homme, ce Morgan, lui lança un regard noir, puis continua de vomir. Son regard ne faisait pas vraiment peur, vu l’état dans lequel il se trouvait. Rafael eut même envie de rire de lui, en le voyant faire.

    « L’alcool, c’est pas bon. Ça rend fou et misérable, tu sais? L’alcool, c’est pour les nuls. T’es un nul? Dis, j’ai faim. On va manger, papa?


L’homme le regarda de nouveau étrangement, et Rafael se contenta de lui adresser un sourire toute à fait angélique. Il camoufla un peu plus son visage dans son foulard, et ajouta;

    « J’veux manger italien! Avec du gateau!


° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I'd imagine the whole world was one big machine. Machines never come with any extra parts, you know. They always come with the exact amount they need. So I figured if the entire world was one big machine, I couldn't be an extra part. I had to be here for some reason. And that means you have to be here for some reason too.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Lun 9 Jan - 16:35

Franchement, mais pourquoi était-il là? A part pour se sentir plus mal encore, il ne voyait pas trop... Ah si. Le gamin. Son fils soi disant. Et il se fichait de lui. Y avait sûrement de quoi, à le voir à genoux dans la rue et vomir, vomir et... vomir encore. Maintenant ça faisait mal, tant son estomac ne faisait que ça ces derniers temps. Il mit sa main contre son ventre, chassa les larmes qu'il avait aux yeux. Il crut entendre le garçon lui faire la morale.

« L’alcool, c’est pas bon. Ça rend fou et misérable, tu sais? L’alcool, c’est pour les nuls. T’es un nul? Dis, j’ai faim. On va manger, papa?

" Je suis pas... "


Morgan lui lança un drôle d'air et s'interrompit. C'était quoi son truc de l'appeler papa? Et puis, comme s'il savait pas, que l'alcool ça rendait fou et misérable. Il se leva un peu, s'adossa contre le mur et tenta de respirer normalement. Nul? Non! Il était un O'Connell par Merlin! Ce gosse était vraiment mal élevé. Ne venait-il pas de le sortir de cet endroit moldu? Il se demanda comment il connaissait son nom.

" D'où est-ce que tu... "

« J’veux manger italien! Avec du gateau!


Bah voyons. Et capricieux en plus! Comme si lui il... comme si... en fait, en y réfléchissant de plus près, il n'était pas si éloigné du comportement de ce garçon lorsqu'il était enfant. Surtout avec sa mère, qui lui passait tous ses caprices. Avec Al' c'était différent, on avait jamais rien sans rien. Il se frotta les tempes, et fit mine de s'en aller sans Rafael. S'il voulait jouer, il allait déguster avec lui. Il n'avait pas fait trois pas qu'il l'entendit hurler à la mort, faisant se retourner tous les passants à proximité. Morgan revint précipitamment vers lui, un sourire crispé sur le visage histoire de rassurer les gens. Quelques secondes plus tard, il prit l'enfant par le bras et le tira à sa suite. Alors il voulait manger. Italien donc. Il entra dans le premier restaurant italien venu. Quelle heure était-il d'ailleurs? Peu importe en fait. Une fois assis à une table, Morgan écouta les exigences de Rafael, sans sourciller un instant. Il se contenta de lui demander d'enlever sa veste et tout le reste. Là il pu l'observer attentivement, remarquer les mêmes yeux que son cousin, l'air nonchalant, les cheveux proche de ceux de Jessie.

" Quel âge as-tu? "

Il fallait qu'il essaye de voir s'il pouvait effectivement être de sa famille. La demande d'un fantôme ne suffisait pas quoi. D'accord il était sous l'influence du whisky, mais tout de même. On vint prendre la commande du petit, sous les regards à la fois surpris et exaspéré du serveur. Il devait y a voir deux entrés, trois plats, et cinq desserts. Lorsqu'il commanda même une bouteille de vin, Morgan précisa qu'elle serait pour lui, se retenant quelque peu de rire. Rafael semblait étonné de ne pas avoir un refus face à tout ce qu'il demandait. Ils ne parlèrent pas quelques minutes, se contentant de s'observer, avec des regards en coin de temps en temps. Lorsque la première entrée arriva, Morgan décida de briser la glace.

" Alors, Raf'... tu vas te décider à me dire comment tu me connais? De toute façon, je suis sûr que tu existes pas. "

Faisant mine de souffrir d'hallucination, il haussa les épaules et feignit l'indifférence.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rafael P. O'Connell
Tortured Soul | Adorable Kid
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Mer 18 Jan - 23:34

Ce qu’il pouvait être plaisant de regarder les divers expressions qui traversaient le visage si épuisé de Morgan O’Connell. Rafael avait toujours, en quelques sortes, rêvé de faire comme ces enfants qu’il voyait souvent dans les grands soupers. Malgré le fait qu’il les trouvait si insupportable, il ne pouvait s’empêcher d’essayer au moins une fois, d’agir pour la première fois comme l’aurait fait un garçon de son âge. Et puis, d’une quelconque façon, c’était une manière de se mettre en sécurité. Morgan l’aurait peut-être fui, s’il avait agi naturellement. Il était si silencieux, si mystérieux que ni adultes, ni enfants osaient s’approcher de lui depuis quelques années. Même sa défunte mère, malgré l’amour si délicat qu’elle lui portait, n’avait osé le toucher, que se soit pour le border ou pour lui tenir la main, pour ne pas qu’il se perde. Il avait eu peur, un bref instant, que Morgan soit ainsi, et c’était pour cela qu’il gardait son visage d’ange un peu trop capricieux.

Levant les yeux vers l’homme, il sentit son cœur se serrer en le voyant s’éloigner. Un instant à peine passa avant qu’il n’ouvre quand la bouche, criant de toutes ses forces. Il ne sut pas si c’était à cause de sa magie ou un hasard, mais l’endroit était silencieux à ce moment précis, et la population environnante se tourna vers lui, choqué. Morgan revint aussi rapidement qu’un boomerang, et Rafael, tout sourire, se laissa trainer sans se plaindre, malgré la pression sur son bras. De son autre bras, il tenait tout haut le tableau de Pierre, ne voulant pas qu’il traine dans la neige. Si seulement il parlait encore…

    « C’est long! On est encore loin?!


Morgan grommela quelque chose, sans pourtant répondre. Rafael préféra se taire. Quelques minutes plus tard, ils rentrèrent dans un petit restaurant, italien de plus. Le petit Nympha ne put s’empêcher de sautiller sur place. Pour tout dire, il n’avait jamais pu manger italien. Ses grands-parents avaient toujours détesté ce genre de nourriture et lui, il s’était contenté de regarder les bons plats dans les réceptions, sans pour autant pour y toucher. Même les elfes n’avaient pas le droit de lui en faire, sous peine de torture.

Prenant place en avant de Morgan sur la table quatre places, il plaça sans gêne Pierre sur une autre chaise. Morgan lui lança un drôle de regard, surement à cause de la texture brulé et du drôle d’air qu’avait Pierre sur la peinture, à l’instant où la magie avait tout quitté.

    « T’aimes ça manger Italien? J’en ai jamais pensé. Maman voulait pas, à cause de ses parents. Même les elfes, ils pouvaient pas m’en faire. Ils avaient trop peur.


Morgan ne semblait pas l’écouter, car tout ce qu’il eut pour réponse, se fut l’ordre de retirer son manteau, ses mitaines et son foulard. Rafael fit la moue quelques instants tout en s’exécutant.

    « Quel âge as-tu?
    « J’ai 9 ans!


Quelques instants plus tard, un homme un peu laid vint pour prendre sa commande. Rafael, qui n’avait pas encore ouvert le menu, l’ouvrit aussitôt et commanda tout ce qui lui semblait délicieux. Autant en profiter, avant que Morgan ne décide de l’abandonner quelques part.

    « Alors, Raf'... tu vas te décider à me dire comment tu me connais? De toute façon, je suis sûr que tu existes pas.


Délaissant ses escargots, le petit leva les yeux vers lui.

    «Oh, James a parlé de toi. J’habitais chez lui depuis quelques semaines, depuis qu’il m’a trouvé dans le manoir de la famille. Tout le monde était mort, tu sais? Mais ils étaient méchants, ils en voulaient à ma magie, et ils m’ont enfermé dans le sous-sol. – il pointa la peinture -Lui, c’est Pierre! Avant, il me parlait tout le temps, mais depuis quelques mois, depuis que les vilains messieurs venaient à la maison et que j’étais pris dans la cave, bah il parle plus. James a bien voulu que je l’amène avec moi, mais il l’aime pas. Il dit qu’il fait peur. Pourtant, il est gentil Pierre. Il me faisait pas mal, lui.


Plus il parlait, et plus il avait l’impression d’en dire trop. Il sentait dans ses veines sa magie s’agiter dans tout les sens, et comme par hasard, une lumière sauta à l’arrière, faisant crier une pauvre serveuse. Rafael rougit d’un coup sec, et gêné, il replongea son nez dans son assiette d’escargot, ne voulant pas croiser le regard de Morgan. Combien de fois avait-il été puni, quand il avait fait quelque chose de la sorte? Il sentait encore les coups dans son dos, les coups de fouets, ou de brulure…

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I'd imagine the whole world was one big machine. Machines never come with any extra parts, you know. They always come with the exact amount they need. So I figured if the entire world was one big machine, I couldn't be an extra part. I had to be here for some reason. And that means you have to be here for some reason too.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Lun 30 Jan - 17:44

Une fois l'enfant lancé, on ne pouvait plus l'arrêter, et Morgan avait à peine le temps d'assimiler toutes les informations qu'il lui livrait, comme ça, sans tri, et sans retenue aussi. Cela lui faisait un drôle d'effet. On ne se confiait jamais à Morgan O'Connell, il ne voulait rien savoir des autres et ne se confiait jamais. L'exception avait été Thomas, et c'est en grande partie à cause de cela qu'il avait mit du temps à en faire le deuil. Rafael venait d'évoquer un James, qui peut-être se trouvait être l'un des Irish. Première mauvaise nouvelle, il détestait cette famille. Evan Irish était pour l'instant le seul ayant un peu d'intérêt pour lui. Mais James, Saint James comme on se plaisait à le railler dans la famille O'Connell, il en était plus qu'allergique. Ils étaient tellement opposés faut dire. La réciproque datait d'ailleurs depuis... toujours.

...Tout le monde était mort, tu sais? Mais ils étaient méchants, ils en voulaient à ma magie, et ils m’ont enfermé dans le sous-sol...

Les yeux de l'irlandais se rétrécirent et son poul s'accéléra sous la colère que les mots du garçon venait de déclencher en lui. Il aurait voulu qu'il s'arrête de parler, il aurait voulu qu'il répète ce qu'il venait de dire, parce qu'il l'avait presque laissé échapper. Il avait évoqué une maltraitance, qu'elle soit grande ou petite, c'était bien une chose qu'il ne supportait pas. Alastar son père n'avait usé que de violence psychologique avec lui, mais son endoctrinement lui avait privé de son enfance. Alors entendre qu'un enfant était maltraité éveillait en lui une rage folle.

" Qui t'as enf... "

-Lui, c’est Pierre!


Ses yeux se posèrent sur la peinture qu'il avait à peine vue lorsqu'ils avaient prit place. Il écouta ce que le garçon pu en dire, et ne put qu'être d'accord sur un point: ce pierre était franchement laid. Il voulut revenir sur ceux qui l'avaient enfermé dans le sous sol, mais ce Pierre prenait toute la place.

-Il dit qu’il fait peur. Pourtant, il est gentil Pierre. Il me faisait pas mal, lui.

Il allait sortit une vacherie sur James Irish, disant qu'il n'était qu'une chochotte et que c'était connu dans l'Irlande entière, lorsque la lumière du fond explosa et que Rafael se figea de peur à la seconde près. Il avait à nouveau évoqué une maltraitance qui maintenant était sûre, vu sa réaction. L'idée qu'on puisse le punir parce qu'il n'avait pas maîtrisé sa magie le dépassait. Oui, devant les moldus il fallait faire attention, mais qui n'avait pas brisé un ou deux verres sous l'émotion?

" Rafael, regarde moi. N'aie pas peur. S'il te plaît. "

Il ne put que cligner des yeux sous la pureté des yeux bleus de l'enfant, lui rappelant son cousin Davis qui n'en avait pourtant pas d'aussi brillant.

" Ce n'est pas grave, d'accord? Essaye juste de mieux te contrôler en public. Tu sais, les moldus sont stupides, ils prennent peur pour n'importe quoi. Regarde. "

D'un geste vif il fit tomber son verre et ses couverts sur le sol, et le personnel fit un bond tellement énorme que cela fit rire l'enfant, qui se retint très vite comme si à nouveau il ne fallait pas rire. Morgan haussa les épaules sous les regards du serveur qui vint ramasser, et indiqua qu'il était terriblement maladroit. En plus d'être soûl.

" D'ailleurs, elle est où cette bouteille de vin que mon fils a commandé? Le service laisse à désirer. "

Il lui avait adressé un clin d'œil lorsqu'il avait évoqué son 'fils'. Il laissa ensuite Rafael terminer ses entrées et ses repas. Le pauvre irait sûrement vomir ensuite vu qu'il se forçait à tout terminer. Par peur d'un châtiment? Par gourmandise? Aucune idée, mais au moins, ils seraient deux à se sentir mal. Il n'avait pas ouvert la bouteille, pas encore. Pourtant elle lui faisait de l'œil. La présence du garçon l'en empêchait. Mais une fois au dessert, son esprit faible eut raison de sa volonté. Il se servit un premier verre, et sans plus faire attention à rien, il ne fit que savourer le goût du vin.

Il réalisa alors le regard de Rafael sur lui. Comme brûlé, il lui rendit un regard mauvais, comme remplacé par un double maléfique terriblement accro à l'alcool et qui ne supportait pas qu'on le juge. Cela cassa tout ce que qu'il venait de créer, et bêtement, il dit:


" Il est temps de partir. Je te ramène chez Irish. Rhabille toi pendant que je paye. "

Son ton n'avait rien de plaisant, il était même presque froid tout à coup. Une fois au comptoir, les effets du vin le rendait furieux à la fois contre lui-même et contre le monde entier. Il ne pouvait pas répondre à la demande d'un putain de fantôme, qui se prétendait être la mère d'Elliot. Et puis, où était son cousin? Il n'avait aucune envie de le chercher, et surtout, en avait-il la force? Cette famille lui en faisait vraiment voir de toutes les couleurs. Mais lorsqu'il se retourna une fois qu'il avait terminé de payer, et qu'il vit que Rafael n'était plus là, le portrait de pierre également, son cœur loupa un battement, et tout son être ne réclamait déjà plus qu'une chose: le retrouver, le retrouver absolument comme si sa vie en dépendait.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rafael P. O'Connell
Tortured Soul | Adorable Kid
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Sam 4 Fév - 2:16

Il courait. Il ne faisait que cela. Comment avait-il osé croire que cet homme, ce saleté d’alcoolique pourrait être sa nouvelle famille. Sa première famille. Des larmes de honte coulaient sans se stopper sur ses joues, et Rafael enserrait ses bras contre son petit corps. Idiot comme il était, il avait bêtement oublié ses choses dans le restaurant. Seul Pierre pendait toujours à son bras, mais un tableau n’était pas très chaud, en hiver. Quand il avait entendu Morgan lui dire qu’il le ramenait chez les Irish, il n’avait pas pensé. Le Nympha avait fixé le dos de l’homme, les yeux grands ouverts, ne comprenant pas réellement le sens de ses paroles… Puis, quand l’information était arrivée au cerveau, il n’avait pensé qu’à une chose. Fuir cet homme qui ne semblait pas vouloir de lui.

Stoppant ses pas, il s’appuya sur un mur, y cherchant un peu de chaleur. À peine eut-il le temps de fermer les yeux que la phrase de Morgan lui revint en tête.

    « Il est temps de partir. Je te ramène chez Irish. Rhabille-toi pendant que je paye.


Un sanglot lui déchira la gorge. Comment avait-il fait pour être si naïf? Lui qui était si intelligent pourtant, pourquoi avait-il si naïvement cru que cet homme voudrait bien de lui. Qu’il serait sa famille. Ce n’était qu’un idiot imbu de lui-même, et alcoolique par-dessus le marché, comme disait James. Essayant ses larmes du revers de sa manche – heureusement, il portait toujours sa veste- Rafael leva les yeux vers le ciel. Pour une des rares fois, on pouvait clairement voir les étoiles briller, et Rafael se calma légèrement. Il lui sembla, un instant, que la voix de Pierre murmurait à son oreille, lui donnant conseil après conseil.

    « RAFAELL! RAFAEL?!


Sursautant, le petit reprit sa course. Il ne voulait pas que Morgan le retrouve. Il ne voulait pas qu’il le ramène chez les Irish. Ils étaient bien trop parfaits, bien trop loin de lui pour qu’il se sente à l’aise. Le petit avait toujours l’impression qu’il devait donner de son meilleur… Quand il avait entendu parler de Morgan, il avait vu là une personne qui avait besoin d’aide, tout comme lui, et que, ensemble peut-être, ils auraient pu s’aider et avancer dans la vie. Mais Morgan ne semblait pas prêt à cela. Il était… était si méchant. Il ne voulait pas de lui.

Traversant à tout va un parc, il alla se cacher derrière de grands sapins. Assis en petit bonhomme, il grelottait de froid, de peur et de tristesse. N’y avait-il pas une personne sur cette terre qui souhaitait faire partir de sa vie? N’y avait-il pas une personne qui l’aimait? Sanglotant toujours, il essuya sans aucune grâce son nez, et renifla fortement. Le bruit du être un peu trop fort, car Morgan apparut à peine une seconde plus tard.

Il lui cria quelque chose, mais Rafael n’y portait pas vraiment attention. L’O’Connell le bougeait dans tout les sens, lui enfilant son manteau et son foulard, et prenant fortement sa main, il le tira sur ses pattes, et le tira à sa suite. Pleurant toujours, Rafael le suivait la tête blessée, ayant tout abandonné. Il allait retourner chez les Irish, se faire gronder, puis se faire oublier. Voilà ce qui allait arriver.

Pourtant, l’adresse que Morgan donna au chauffeur du taxi n’était pas celle des Irish. Levant les yeux vers l’homme qui semblait l’ignorer, il le regarda un instant plein d’espoir. Il était naïf d’espérer, et pourtant, il ne pouvait s’en empêcher. Il avait besoin de Morgan. Il avait besoin de quelqu’un qui pouvait le comprendre.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I'd imagine the whole world was one big machine. Machines never come with any extra parts, you know. They always come with the exact amount they need. So I figured if the entire world was one big machine, I couldn't be an extra part. I had to be here for some reason. And that means you have to be here for some reason too.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Lun 13 Fév - 19:58

" MAIS POURQUOI T'ES PARTI BORDEL!!!! REFAIS PLUS JAMAIS CA RAFAEL, JE TE PRÉVIENS JE... Allez viens maintenant! T'es vraiment... t'es vraiment pas tenable merde. "

Morgan ne pouvait s'empêcher de lui crier dessus, de le secouer comme pour être sûr qu'il était bien réel, et qu'il ne venait pas de passer ces dernières heures avec un enfant imaginaire, que l'alcool lui aurait fait voir. Il l'emmitoufla du mieux qu'il le put, inquiet de le voir trembler et claquer des dents. Il serra les dents en l'entendant pleurer et renifler, comme s'il était vraiment un monstre très méchant.
Il le tira, le souleva, tenta d'ignorer les protestations et les cris suraigus du garçon. Heureusement, il était tard, et il n'y avait personne dans le coin. On aurait pu croire à un enlèvement d'enfant, et dans son état alcoolisé, personne ne l'aurait cru. Finir en prison n'était pas franchement dans ses plans, il avait déjà assez de problèmes.

Finalement, sûrement épuisé, Rafael se laissa tirer jusqu'à un taxi, pleurant de temps en temps, reniflant surtout beaucoup. Morgan voulait dire quelque chose pour le rassurer, mais rien ne sortait. Il ne savait pas consoler les gens, il était... il était nul dans ce domaine. Mais le voir comme ça, ce garçon... il avait vraiment l'air de ne pas vouloir revenir chez James Irish. Saint James semblait être le père idéal pour lui, non?


" Où va t-on monsieur? "

L'irlandais hésita. Il regarda le chauffeur, puis Rafael, le visage contre la vitre, l'air tellement triste.

" Monsieur? "

Il donna son adresse. Pourquoi? Il ne savait pas, juste, cette voix, cette impression, que c'était la meilleure chose à faire. Il imita la position du garçon, posant sa tête contre la vitre, et il ferma les yeux. Il détestait les voitures moldus, il détestait les transports, alors il ne dit rien jusqu'à ce qu'ils arrivent. Parfois il avait l'impression que le garçon le regardait, mais il ne voulait pas tourner la tête vers lui. Il avait peur de le regarder dans les yeux, et de se voir en lui, comme un petit garçon perdu, ayant désespérément besoin de quelqu'un. La voiture était à peine arrêté qu'il se précipita d'ouvrir la portière pour vomir le vin italien qu'il avait bu. Le chauffeur regarda l'enfant et secoua la tête.

Une fois dans l'appartement, il se força à ne pas penser à ses propres douleurs, à la tête et à l'estomac, pour se focaliser uniquement sur le garçon. Il fallait éviter qu'il se refroidisse trop sérieusement. Morgan lui fit prendre un bain bouillant, et l'emmitoufla dans une tonne de vêtements à lui pour la nuit. Le garçon dû aussi avaler un chocolat chaud, qu'il avait réussi à ne pas rater. C'est d'ailleurs à ce moment là que Momo, le chat, fit son entrée dans la cuisine. Il allait le chasser mais voyant qu'il se frottait gaiement à la jambe de l'enfant, il se retint. Rafael avait eu pour la première fois depuis le restaurant un sourire sur les lèvres.

Cela devait faire une heure qu'il l'avait couché dans le lit, et qu'il avait prit place sur le canapé, la tête et l'estomac en vrac. Il était affreusement mal. Épuisé, il se contentait de remuer sur le canapé, une petite couverture sur le dos. Lorsqu'il entendit la porte de la chambre s'ouvrir, il ne bougea plus. Les pieds du garçon se mouvèrent sur le tapis, et jusqu'à lui, Morgan pouvait distinguer sa silhouette. Feindre le sommeil ne servait à rien, alors ils se regardèrent dans les yeux, et ils se demandèrent en écho:


" Tu n'arrives pas à dormir? "


Un petit rire lui échappa. Le garçon vint alors se blottir contre lui, et il en fut tellement surpris qu'il ne trouva rien de mieux à faire que de le laisser, et de passer la couverture sur ses frêles épaules. Une minute plus tard, Morgan O'Connell sanglotait, le plus silencieusement possible, réalisant peut-être que l'aide qu'il réclamait depuis des mois s'incarnait en la présence du petit garçon d'Elliot Davis.

HJ: voilà tu peux passer à quand Momo est en cure, et qu'il vient le voir malgré son interdiction. Ce serait en janvier 2014^^

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rafael P. O'Connell
Tortured Soul | Adorable Kid
avatar



MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan Lun 20 Fév - 5:13

Quand Morgan était parti, il l’avait laissé entre les mains d’Hilary et son gros ventre. Il aimait bien la femme de Morgan, mais il préférait son papa. Malheureusement, son père lui avait dit que là où il partait, il ne voulait pas de visiter car il fallait qu’il aille mieux de lui-même. Rafael avait levé les yeux au ciel, fait la moue, mais cela n’avait rien changé. Morgan était borné. Même les larmes n’avaient servi à rien, ce qui était une première. Alors, il avait décidé de mettre son plan à exécution.

*

La première fois qu’il avait essayé de se rendre là bas, il avait fui Hilary alors qu’ils faisaient les courses. Bien que le centre se trouve plutôt loin, Rafael s’y était rendu rapidement. N’ayant pas grand-chose à faire au manoir, il avait appris à transplaner de l’elfe de maison. Bien évidemment, il avait du endurer quelques crises de larmes et d’auto-violence de la créature, mais bon. Ça avait valu la peine. Il avait donc transplané, et quand il était arrivé à l’accueil, il avait fait ses plus beaux yeux à la dame, et avait dit;

    « Je suis venu voir mon papa! Morgan O’Connell!


La femme l’avait regardé, plus attendrie qu’autre chose, mais avait dit, vieille sorcière moche qu’elle était;

    « Désolé mon chou, mais il te faut un adulte accompagnateur.


Les sourcils froncés, la moue disparue, il l’avait fixé méchamment avant de faire sauter l’ampoule, la faisant crier. Puis il partit. Il avait besoin d’un nouveau plan.

*

C’était mentir de dire que Hilary ne lui en voulait pas d’avoir disparu ainsi. Elle l’avait d’ailleurs mis en punition. Que quelques heures, bien évidemment, car les yeux larmoyants si bleu de Rafael avaient gagné la bataille. Malheureusement, il restait toujours une chose à arranger.

    « S’Il te plaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit


Comme les autres fois précédente, sa belle-mère – car il la voyait ainsi – refusa. Morgan avait décidé d’y arriver seul, sans recevoir de visite, elle allait suivre sa décision. Malgré le fait qu’elle détestait cela.

Voyant que ses efforts ne le menaient à rien, il changea de plan. Encore.

*

Il avait pensé que cela aurait été plus difficile que prévu. Il lui avait seulement fallu voler la cape d’invisibilité d’Harry Potter- l’elfe de Morgan avait encore pleuré, mais il était tout de même allé la chercher – et le tour était joué. S’aventurant dans le jardin de la maison de désintox, Rafael chercha son père des yeux. Celui-ci, portait un grand pantalon de jogging et un t-shirt blanc, regardait de tout côté et se faisait tout petit. Il y avait des cernes sous ses yeux. Il semblait sur le point de sortir de l’endroit quand Rafarl s’accrocha à son pied. Un grand cri se fit entendre. Il éclata de rire.

    « PAPA! Pourquoi tu veux pas me voir? Pourquoi tu veux pas, hein? J’ai besoin de te voir, moi, alors arrête de penser juste à toi! C’est moi l’enfant, c’est moi qui fais les caprices! Et puis… et puis…t’as besoin de moi! Et j’ai besoin de toi! Et Hil aussi! Et le bébé, il bouge! Alors on a le droit de venir te voir!


Des larmes coulaient sur ses joues, et il laissa tomber la cape d’invisibilité. Morgan le regardait, surpris qu’il soit présent. Ils se regardèrent pendant ce qu’il croyait être une éternité, et soudainement, Morgan s’agenouilla brusquement au sol, le prenant dans ses bras. L’étreinte faisait mal au petit, mais il entendit son père renifler, alors il le serra dans ses bras. Au travers de ses sanglots, il ne cessait de dire; c’est bon, j’ai compris ; merci, merci d’être venu ; mon bébé.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    I'd imagine the whole world was one big machine. Machines never come with any extra parts, you know. They always come with the exact amount they need. So I figured if the entire world was one big machine, I couldn't be an extra part. I had to be here for some reason. And that means you have to be here for some reason too.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan

Revenir en haut Aller en bas
 

Papa! me suis perdu bouhou | PV Morgan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Magic Hosts  :: Muggles World :: Londres-

Partenaires


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit