Partagez | 
 

 [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Keaven Snow
Dreamer | Heart Broken
avatar



MessageSujet: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Mer 11 Jan - 0:15

Sullivan était un connard. Okay, il était allé dans un bar pour se changer les idées. Okay, il en avait embrassé un autre… mais combien de fois avait-il à son compagnon qu’il n’était pas prêt à s’accrocher, qu’il avait besoin de preuve avant d’oser. Mais non, l’autre ne comprenait pas. Dés le premier signe de liberté de sa part, il allait soit voir Lucas, soit voir Donovan, deux personnes qu’il n’appréciait pas particulièrement. Et pour se venger, et bien, Keaven allait voir Phoenix. Si une seule personne pouvait enrager Sulli juste à son nom, c’était bien lui. Alors le coréen avait sagement attendu son petit ami toute la journée, la musique au maximum dans l’appartement. Quand il était finalement rentré, Keaven l’avait accueilli d’un sourire et d’un baiser, un drôle de lueur dans les yeux. Si Sullivan avait immédiatement pensé à la chambre à coucher, Keaven lui avait fait comprendre que ce n’était pas ce à quoi il pensait en enfilant son manteau, tout sourire, et en lui disant qu’il allait passer la nuit chez Phoenix. L’air qu’il avait eu à cet instant… Keaven en rit pendant tout le trajet.

    « Ça t’apprendra, ducon, à croire que tu peux me rendre jaloux. Pfff…


Dans son idée, il y avait pourtant un petit problème. Il ne savait pas particulièrement où Phoenix vivait, et les téléphones, c’était pas trop son truc. En fait, il détestait ça. Sullivan avait osé lui en donner un il y avait quelques temps, et Keaven avait trouvé un moyen pour le casser. Sullivan avait été scandalisé, certes, mais Keaven avait bien ri. Les trucs qui contenaient de la musique, c’était okay, mais les cellulaires… nah, jamais. Passant une main dans ses cheveux, il regarda un peu le ciel, si sombre et calme alors que le vent soufflait depuis des heures. Il se souvenait que Phoenix vivait chez une fille, maintenant, mais à savoir où… bon, il y avait parlé d’un appartement à Londres, et il se souvenait à peu près de l’emplacement. Autant aller voir.

Jetant un léger coup d’œil autour de lui, le coréen fit apparaitre ses grandes ailes blanches. Depuis combien de temps ne s’en était-il pas servi? Sullivan lui avait dit de ne pas se déplacer ainsi, étant trop voyant. Une autre chaine autour de son cou, selon lui. Mais il l’aimait, alors…Les ailes bien déployés, il ne lui fallut qu’une poussée pour s’envoler bien haut…bien vite. Les premières secondes, il eut les yeux fermés. La sensation du vent contre ses plumes…dans ses cheveux…c’était comme la musique… c’était une chose dont il ne pouvait se passer. Lui mettre des chaines, l’empêcher d’y toucher…de le vivre, c’était le tuer… mais vivre sans Sullivan, c’était presque identique, alors Keaven se taisait, sur les choses comme ça, et le faisait en cachette… ou quand il était fâché, comme présentement.

Rapidement, Londres lui apparut. Les grandes bâtisses…la gare… le bar de Tom… ainsi que l’appartement de Thomas, l’endroit dont Phoenix lui avait parlé. Ramenant ses ailes contre son corps, il descendit en flèche, et atterrit un peu brusquement sur le toit. Enfin, il s’en fichait éperdument. S’engageant dans la cage d’escalier de secours, il rentra par la fenêtre, après bien évidemment l’avoir caché. Un petit tour de magie plus tard, elle était comme neuve.

Son regard se promena quelques instants sur le décor. Beurk, c’était gay. Les meubles étaient bien trop chic et l’appartement bien trop rangé. La personne qui s’y trouvait devait être fana du ménage, et c’était certainement pas Phoenix qui vivait là. Curieux, il commença à fouiller.

Il n’eut pas vraiment le temps, car un instant passé avant qu’il n’entende des clés dans la serrure. Se cachant derrière la porte d’entrée – haha, personne ne penserait à regarder là- il attendit que la personne ouvre la porte. Il resta un moment immobile pendant que l’inconnu ota ses bottes et son manteau, et quand il ferma la porte, Keaven braqua sa main dans sa directement, nouvellement transformé en pistolet, et dit;

    « Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute.


° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Les hommes disent peu. Et je fais comme eux. J'use de lieux communs. De thèmes vaporeux. Pour embrouiller l'âme. Qui git dans mes yeux. Je déguise l'enfant, J'enferme monsieur. Les hommes disent peu. Et je fais pareil. D'un air ténébreux, J'attends mon éveil.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Sam 21 Jan - 14:29

Veiller sur quelqu'un était la meilleure thérapie du monde. S'oublier, ne penser qu'à l'autre, surtout à un enfant. Morgan buvait toujours, mais moins, beaucoup moins, et parfois plus pendant des jours. C'était un progrès, mais son corps, affaibli, son esprit devenu faible, l'emportait toujours au bout d'un moment. Il avait l'impression que Rafael veillait sur lui aussi, comme si ils s'étaient entendu mutuellement là dessus. Tu m'aide, je t'aide. Morgan était retourné vivre au manoir O'Connell depuis quelques temps, et le garçon avait une chambre à lui. L'irlandais pensait que ça l'aiderait, d'avoir une pièce rien qu'à lui, plutôt que de partager la chambre de l'appartement de Thomas. Depuis qu'il avait revu Hilary, Phoenix et Camelllia, les choses avaient changé. Il réalisait non seulement ses erreurs, mais aussi son état. Alors, il faisait un peu le ménage dans sa vie pour espérer retrouver le Morgan d'avant 2012. D'avant l'un des drames de sa vie, la perte de ses pouvoirs. Retrouver son host était pourtant encore son but. Mais lui coller un flingue dans la bouche n'était plus à l'ordre du jour.

Phoenix, avec qui il commençait une relation nouvelle, s'était vu hériter de l'appartement de Thomas. L'aîné des O'Connells pensait en effet qu'il lui revenait de droit, puisqu'en plus, Thomas vivait en quelque sorte, en lui. Il lui avait juste demandé un peu de temps pour emballer ses affaires et dire adieu à ce lieu, chargé de souvenirs. Il soupçonnait aussi le coréen de vouloir encore rester auprès de Camellia et ptit Lulu, alors l'accord avait semblé leur convenir à tous les deux. Et, il ne le cachait pas, ce lieu ne l'apaisait plus. Phoenix saurait sûrement lui redonner vie plus que lui, qui n'avait jamais voulu toucher aux affaires de Finnie, comme par crainte de le perdre encore. De l'oublier.

Aujourd'hui, il pensait commencer à déménager quelques cartons de vêtements empilé dans la chambre. Rafael, trop occupé à jouer, était resté au manoir. Curieusement, Rosaleen se contenait assez bien devant l'enfant. D'ailleurs, la première fois qu'elle avait posé les yeux sur lui, elle n'avait pas pu dire un mot. Peut-être lui renvoyait-il l'image de Morgan enfant. Peut-être prenait-elle conscience de certaines choses en la présence du garçon. Morgan appellerait donc Merrow; l'elfe de la famille, le moment venu pour débarrasser les cartons d'un claquement de doigt. Il n'avait pas d'autres options.

Sauf que quelque chose, ou plutôt, quelqu'un, vint bousculer son programme. Et s'il avait su que ce serait son host, il aurait sûrement descendu une bouteille de whisky entière pour y croire.


« Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute.

Chaussures dans une main, fermant la porte de l'autre, Morgan fixa l'intrus et son arme modelé magiquement. Grosse prouesse magique soi dit en passant. Curieusement, il n'avait pas vraiment peur, il avait un drôle de sentiment en le voyant. Mais comme on ne sait jamais...

" Heu... D'accord, bon, mais vous êtes chez moi. Enfin, c'est encore chez moi pendant quelques jours, donc si c'est pour un cambriolage, ce serait sympa de repasser. Le temps que je prenne quelques cartons, vous voyez? "


Finalement, sans attendre de réponse, et voyant que sa réplique avait eu l'effet voulu, il lui balança ses chaussures à la figure et se précipita vers la cheminée. Ses doigts eurent à peine le temps de se poser sur le fusil qu'il se vit projeter sur le canapé, et ses membres se paralysèrent. Il se débattit un peu, frustré comme d'habitude de se voir dominé par un être magique. Il maugréa:

"' Encore un putain de host, m'emmerde à la fin! Bon, tu veux quoi?? "

L'idée alors qu'il sache qui il était lui vint enfin à l'esprit. Et si ce host était là pour le tuer? C'était un petit miracle qu'il avait pu survivre jusque là, avouons le. Alors peut-être que cette fois... Morgan cessa de lutter et riva ses yeux sombres dans ceux de l'asiatique, soudain inquiet.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Keaven Snow
Dreamer | Heart Broken
avatar



MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Jeu 26 Jan - 4:49

Et bien, juste à voir la manière dont ce grand snobinard venait ses souliers dans sa main, Keaven savait que c’était lui, la petite fée du logis. Bien habillé comme un môme à sa première journée d’école, les cheveux tout bien placé, Keaven fronça des sourcils tandis qu’il le dévisageait. Phoenix osait vraiment se trainer avec des gens dans son genre? Fallait croire qu’il aimait juste se trainer avec des gays, ce gars là. Pointant son fusil entre les deux yeux de l’inconnu, il eut presque envie de le tuer quand il prit la parole.

    « Heu... D'accord, bon, mais vous êtes chez moi. Enfin, c'est encore chez moi pendant quelques jours, donc si c'est pour un cambriolage, ce serait sympa de repasser. Le temps que je prenne quelques cartons, vous voyez?


Monsieur faisait de l’humour, en plus. Il avait un gun en pleine gueule, il était sur le point de mourir, de tacher ses beaux habits et il osait avoir le courage de faire des blagues à la con. Juste pour cela, Keaven eut envie de lui cracher au visage. Pourtant, il n’eut pas le temps de le faire, car monsieur le snob lui lança ses souliers en pleine figure et partit à toute vitesse au travers de l’appartement…comme s’il pouvait s’enfuir loin. N’avait-il pas vu toutes ces films d’horreur où la jolie fille se faisait tuer en agissant de la sorte? Changeant en vitesse sa main en main, il fut un simple mouvement de bras en sa direction, le projetant contre le divan. Vu le fusil qui se trouvait sur la cheminée et la non-surprise qu’avait eu le snob, le coréen sut aussitôt que c’était un putain de chasseur, tout comme Lucas. Fronçant des sourcils, presque furieux de penser à Lucas, il paralysa l’homme et s’avança lentement vers lui, prenant place sur le fauteuil qui lui faisait face. C’était bien amusant de le voir se débattre un peu…se tortiller comme un serpent…et Keaven ne se retint pas de rire un peu. À défaut de voir Phoenix, il avait au moins un peu de plaisir.

    « Encore un putain de host, m'emmerde à la fin! Bon, tu veux quoi??


Un chasseur… un putain de chasseur. S’installant bien confortable sur le fauteuil, il croisa ses jambes, plantant ses yeux dans les siens…ses yeux noirs pour une des rares fois.

    « Où est Hwan? Tu l’as butté, enfoiré ? Parce qu’si c’est l’cas, tu vas le payer…et lentement, mon beau, très lentement. Tu serais pas l’premier que j’butte, tu sais…Ceux d’ta race, j’les tue par plaisir. Vous vous pensez les rois, à essayer de voler notre magie… mais elle est à moi, compris!


Pris par une colère subite qui le prenait de plus en plus souvent vis-à-vis les sorciers et chasseur, le coréen se leva d’un bon et passa ses doigts autour du cou du snob dans l’intention de l’étranger ou du moins, de lui faire peur. Pourtant, à peine ses doigts eurent fait le tour de la gorge de l’autre qu’il sentit son sang se glacer dans ses veines et sa magie s’agiter comme une folle, criant de toutes ses forces. Comme brulé, il se recula vivement, fixant presque avec peur et un peu de méfiance l’homme qui semblait tout aussi surpris que lui.

    « Ça alors… alors c’est toi, mon donneur de magie…Intéressant.


Faisant apparaitre un couteau dans sa main, il le regarda avec une certaine lueur de folie dans les yeux. Avec sa mort, sa magie resterait à jamais dans ses veines, et il resterait à jamais en vie. Avec sa mort, il n’aurait certainement plus besoin de se cacher. Fini les consignes stupides de Sullivan, bonjour sa délicieuse liberté.

Approchant le couteau de la gorge du snob, il murmura alors que la lame frôlait sa peau fraichement rasée.

    « Si tu meurs, je pourrais garder ma magie pour toujours… Quelle idée alléchante….tu ne trouves pas?


La lame s’enfonça légèrement dans sa gorge un instant, faisant perler une discrète goutte de sang.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Les hommes disent peu. Et je fais comme eux. J'use de lieux communs. De thèmes vaporeux. Pour embrouiller l'âme. Qui git dans mes yeux. Je déguise l'enfant, J'enferme monsieur. Les hommes disent peu. Et je fais pareil. D'un air ténébreux, J'attends mon éveil.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Jeu 2 Fév - 15:17

Un millier d'idées et d'émotions tourbillonnaient dans sa tête, en plus de se sentir particulièrement en danger. Morgan n'était pas du genre à paniquer facilement, mais il y avait quelque chose dans le regard dans ce host, quelque chose qui le faisait à la fois douter de ce qui allait arriver, et qui le rendait furieux. La nonchalance du coréen alors que lui se retrouvait à se tortiller à nouveau sur le canapé lui tapait sur les nerfs, et le regard noir de colère qu'ils se rendirent n'arrangea pas la situation.

« Où est Hwan? Tu l’as butté, enfoiré ? Parce qu’si c’est l’cas, tu vas le payer…et lentement, mon beau, très lentement. Tu serais pas l’premier que j’butte, tu sais…Ceux d’ta race, j’les tue par plaisir. Vous vous pensez les rois, à essayer de voler notre magie… mais elle est à moi, compris!

L'aîné des O'Connells ne tarda pas à sentir son sang de sorcier bouillir sous l'insulte. Quelle ironie! Ne tenait-il pas le même discours depuis des mois, depuis que... que les hosts étaient nés sur cette terre? Et ça sonnait terriblement faux dans la bouche du host. Il n'était pas en droit de dire cela, non... Morgan réalisa que ses vieux démons étaient loin d'avoir disparus, et pire, qu'une étincelle comme les paroles de l'homme en face de lui, les éveillaient aussi forts qu'avant. Réalisant qu'il avait le souffle court et la mâchoire serrée, il se força à se calmer, à repousser le plus loin possible son envie de fracasser entre ses doigts le crâne de cet host arrogant. Il avait parlé de Hwan, de Phoenix. Il avait du mal à croire qu'il fréquentait un host de cette trempe, et que ce dernier soit même prêt à venger sa mort. Et puis merde, encore un asiatique à se placer sur sa route quand il s'y attendait le moins, c'était une manie chez eux??

Il voulait répondre, ou plutôt lui cracher au visage s'il écoutait ses sombres instincts, lorsque le host, visiblement dans le même état de colère que lui, le saisit à la gorge. Il se passa alors une chose des plus incroyables, quelque chose qu'il n'avait jamais ressenti. Hormis un puissant flux magique, qu'il ne manqua pas de savourer au passage, il se sentit à nouveau complet, à nouveau lui-même, et la douleur que lui procurait le toucher du host n'était rien à côté de ça. Écarquillant les yeux, ils se dévisagèrent, cherchant tous les deux un sens à tout ceci.


« Ça alors… alors c’est toi, mon donneur de magie…Intéressant.

Morgan afficha un air neutre et dédaigneux, prenant ce qu'il venait de dire comme une insulte, alors qu'à l'intérieur, il était choqué de savoir qu'il avait enfin retrouvé son host. Ou que plutôt, son host était venu à lui, comme ça, un jour comme un autre.

" N...non impossible, un être aussi vulgaire que toi ne peut... "

« Si tu meurs, je pourrais garder ma magie pour toujours… Quelle idée alléchante….tu ne trouves pas?


Il sentit plus qu'il ne vit la lame, si froide, si métallique lui couper la parole et peut-être bientôt la gorge. Il pensa immédiatement à Hilary et Rafael et au bébé à venir. Était-ce faible de penser à eux? Alors qu'il méritait de mourir, après toutes ses erreurs? Il n'avait pas l'habitude, il ne savait pas. Le host lui renvoyait son propre reflet, les mots qu'il prononçait il avait rêvé de les lui dire, tout en le torturant, en le coupant en deux, lentement. Il défia du regard le host alors qu'il avait peur de la mort. Après avoir passé des mois à la chercher, aujourd'hui il n'en voulait plus. Il voulait vivre par Merlin! Pourquoi venait-elle maintenant? Il avait l'impression qu'une éternité était passé alors qu'il se faisait ces réflexions, mais en réalité, seul quelques secondes venaient de filer. Lorsqu'une première goutte de sang se mit à perler le long de son cou, il appela enfin le seul être capable de le sortir de là.

Merrow n'avait jamais été aussi furieux. En fait, on aurait dit qu'il faisait une crise de nerfs. Le host n'avait sûrement rien comprit, et encore moins alors qu'il se retrouvait collé au plafond, les bras et les jambes tendus à la manière du célèbre dessin de Leonard de Vinci. Morgan n'était plus sous l'emprise de sa magie, mais il resta allongé sur le canapé à l'observer. La tension et peut-être la rage déformait ses traits. Il dit doucement:


" Si tu savais, le nombre de fois où j'ai rêvé de ce moment, où j'ai rêvé de te faire payer... la perte de mes pouvoirs. "

L'elfe comme en écho, accentua la pression qu'il exerçait sur le host. Le plafond ne tarda pas à se fissurer doucement. La lutte silencieuse entre l'elfe et le host était fascinante à observer. L'irlandais pourtant, n'y trouvait aucun plaisir. Il s'était trompé. Lucas avait essayé de lui dire. Hilary avait essayé de lui dire. Phoenix le lui avait prouvé. Et maintenant que son host, sa magie, était là, entre ses doigts si proche et si loin à la fois...

" Maî... maître, il est puissant, je... je faiblis, maître, par... pardonnez-moi je... si vous voulez que je le tue, il faut... maintenant, maître..."

Morgan regardait toujours son host, ses yeux si sombre rivés dans les siens. Un mot, il suffisait d'un mot.

" Non. Relâche-le Merrow. Va plutôt voir Phoenix et dis-lui que j'aurais besoin d'un coup de main pour les cartons, quand il aura le temps. Allez va. "

La réticence de l'elfe était flagrante, mais il ne pouvait désobéir à un ordre direct, alors il partit dans un claquement de doigt. Morgan regarda son host s'effondrer sur le tapis du salon, puis il prit une position assise, remit quelques coussins en place par automatisme, et osa reprendre, d'une voix un peu légère:

" Maintenant que tu sais que je ne suis pas facile à tuer... Je te sers à boire? Je dois liquider quelques bouteilles de whisky... "

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Keaven Snow
Dreamer | Heart Broken
avatar



MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Mer 8 Fév - 18:09

Comment osait-il? Bordel de merde, mais qu’est-ce que c’était, cette putain de créature magique là? Jamais il n’avait vu une chose aussi laide, et à cause de la surprise, il était incapable de la battre. Enfin, pour l’instant. Quoi de plus humiliant que d’être collé au plafond, faisant l’étoile à cause d’une chose aussi laide. Déjà qu’il était furieux contre Sullivan, l’acte de la laideur n’arrangeait pas du tout les choses. Fixant d’un regard noir la créature, il s’imaginait parfaitement lui crever ses yeux globuleux. Au fils des secondes, la petite bébête semblait faiblir, et Keaven ne pouvait s’empêcher de sourire, fier de voir l’être au plus bas. Il allait lui faire payer. Mais la colère n’était pas propise à l’utilisation de ses pouvoirs, et le coréen, malgré tout ses efforts, n’arrivait pas totalement à repousser la créature. Il devait se calmer.

    « Si tu savais, le nombre de fois où j'ai rêvé de ce moment, où j'ai rêvé de te faire payer... la perte de mes pouvoirs.


Son regard vert se détacha de celui de la créature magique pour affronter Morgan O’Connell. L’homme avait les traits déformés par la colère et la haine, et pourtant, Keaven pouvait clairement voir sa fragilité derrière tout cela. Il en sourit, avant de répondre méchamment.

    « Tu les méritais pas, c’est tout. Les avoir mériter, tu aurais eu les pouvoirs d’un autre host à sa mort. IL ne veut pas te les redonner, Merlin t’a renier, tu n’es plus l’un de ses enfants.


Il prenait un malin plaisir à dire ces mots, ne sachant que quelques mois plus tard, Merlin lui retirait ses pouvoirs à son tour, à cause de sa méchanceté, de ses gestes. Enfant capricieux et ignorant.

    « Maî... maître, il est puissant, je... je faiblis, maître, par... pardonnez-moi je... si vous voulez que je le tue, il faut... maintenant, maître...
    « Quoi? VERMINE!


La fureur de Keaven était de plus en plus grande, et son emprise sur ses pouvoirs de moins en moins importante. Il crut un instant que tout était fini, en croisant de nouveau les yeux de l’homme, et pourtant, celui-ci dit à la créature de le libérer. Un instant, il ne crut pas à ses paroles, et pourtant, son corps tomba au sol. Il put clairement entendre son dos craquer de tout part, et il lâcha un juron. Se redressant, il fit craquer sa nuque et observa Morgan sur le divan, qui avait pris une pose de riche, évidemment. Il haussa d’un sourcil, un brin amusé.


    « Maintenant que tu sais que je ne suis pas facile à tuer... Je te sers à boire? Je dois liquider quelques bouteilles de whisky...
    « Tu veux rire? C’est grâce à ton rat géant que t’es en vie, mon grand.


Jetant un coup d’œil à l’armoire où se cachaient les bouteilles de Whisky, Keaven fit un bref mouvement de main. L’une des bouteilles cassa la vitre et vint à sa main, il en but rapidement une grande gorgée. Son donneur de magie sembla sur le point de se plaindre de la vitre brisée et Keaven la répara d’un regard. Un silence s’installa dans la pièce alors que l’host vidait lentement mais surement la bouteille d’alcool. Un craquement se fit entendre au bout de quelques minutes, et Keaven put sentir la magie de Phoenix dans les airs.

    « Hwan!
    « Keaven?! Mais qu’est-ce que tu fous là? Mais tu bois? Pauvre con, qu’est-ce qui s’est passé encore.


Pour tout répondre, l’host de Morgan lui lança un regard noir, fit une moue et but la dernière gorgée qui restait dans la bouteille. Phoenix sembla s’apercevoir de la présence de Morgan.

    « Momo? Tu saignes? Oh bordel de merde, vous vous êtes battus, c’est ça? Vous êtes pires que des enfants…
    « HÉ!


Keaven lança un regard noir à Morgan. Ils avaient parler en même temps.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Les hommes disent peu. Et je fais comme eux. J'use de lieux communs. De thèmes vaporeux. Pour embrouiller l'âme. Qui git dans mes yeux. Je déguise l'enfant, J'enferme monsieur. Les hommes disent peu. Et je fais pareil. D'un air ténébreux, J'attends mon éveil.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Jeu 16 Fév - 21:12

« HÉ!

Morgan lança un regard mauvais à son host, et haussant les épaules, il expliqua qu'il avait débarqué sans autorisation dans l'appartement, qu'il l'avait menacé de mort et tout le reste. Évidemment, ils eurent le droit tous les deux à la morale, et au final leur colère se retourna contre Phoenix qui jouait tout à coup au bon samaritain. Lorsqu'à nouveau ils réalisèrent qu'ils faisaient cause commune contre le coréen, trouvant la situation un peu trop bizarre, il interpella à nouveau l'être magique.

" Bon enfin, t'es rassuré nan? Hwan est tout ce qu'il y a de plus vivant. (se tournant vers Phoenix, le ton mielleux) Il s'inquiétait pour toi, c'est mignon hein? Vous êtes quoi, en couple? "

Cette fois, il eut le droit à la fois à un éclat de rire et à plusieurs remarques en réplique. Lorsque son host lui demanda s'il était jaloux, il grogna et s'enfuit dans la chambre pour terminer ce qu'il était en train de faire, ou plutôt achever le dernier carton de la chambre.

" Vous avez qu'à ranger le salon tiens, y a des cartons qui vous attendent. "

Plusieurs minutes passèrent, et il ne savait pas vraiment s'il voulait le voir rester ou partir. Il n'avait pas imaginé que ça se passe ainsi. Il s'était toujours dis qu'il le tuerait, qu'il récupérerait ses pouvoirs et qu'il pourrait enfin retourner à sa vie d'avant. Mais aujourd'hui tout avait changé. Les mots du host lui trottait dans la tête.

« Tu les méritais pas, c’est tout. Les avoir mériter, tu aurais eu les pouvoirs d’un autre host à sa mort. IL ne veut pas te les redonner, Merlin t’a renier, tu n’es plus l’un de ses enfants.

Merlin. Il jurait par lui depuis qu'il était en âge de parler. Mais il était un peu comme Dieu chez les moldus, on le voyait jamais. On ne pouvait qu'y croire ou non. Même si dans le cas des sorciers, des preuves de son existence, plus tôt, bien plus tôt sur terre, existait et était assimilé chez tous les êtres magiques. Il interrompit son geste de ranger la chemise qu'il avait en main. 'Merlin t'as renié'. Morgan prit alors conscience qu'il était peut-être possible qu'il ne les retrouve jamais. Ses pouvoirs. Mais avait-il vraiment fait du mal avant de les perdre? N'était-il pas en passe de devenir une personne respectable et juste, avant tout ce bordel? Qu'il soit condamné à voir son host, sa magie en chair et en os, se balader et le narguer, pour le restant de ses jours, lui parut particulièrement horrible. Il sentit la présence de ce dernier à ses côtés la seconde d'après.


" Ne t'avise pas de m'appeler Momo. Je sais que c'est une manie chez les coréens que je connais, mais je refuse que mon propre... host, le fasse. C'est comme si je m'appelais moi-même Momo, non? Déjà le chat s'appelle Momo. Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça merde. Tiens passe moi la lampe de chevet heu... ton nom? "

Il eut le pressentiment qu'il finirait lui aussi par l'appeler Momo, et en fait, il aimait bien ce surnom ridicule. Ca sonnait affectueux dans la bouche de ceux qui l'employait. Quoique peut-être jamais dans la bouche de... Keaven. C'était quoi, la deuxième fois qu'il demandait son nom à un host? Il avait tout fait pour les déshumaniser faut dire. Au début, ça marchait. Il était vraiment convaincu qu'ils n'étaient pas humains. Avant Phoenix. Avant de les entendre hurler pendant les séances de tortures. Alors qu'il fermait un carton, il réalisa que Keaven était toujours là. Il avait l'air contrarié de devoir rester à l'aider, mais c'était sûrement Phoenix qui le forçait.

" Alors comme ça, tu tues les sorciers par plaisir... tu ferais mieux d'arrêter, si tu veux garder mes pouvoirs. "

Ils ne tardèrent pas à se disputer, et Phoenix, alerter par les éclats de voix, leur colla deux baffes magiques.


" Non mais t'es fou?? "

Morgan et Keaven se dévisagèrent. Ils avaient à nouveau parlé en même temps.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Keaven Snow
Dreamer | Heart Broken
avatar



MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO Mer 22 Fév - 21:03

Oh qu’il avait envie de le frapper. De lui faire ravaler son petit sourire en coin. Comment Hwan faisait pour être ami avec un type pareil? Merde, ce qu’il avait envie de le frapper.

    « Bon enfin, t'es rassuré nan? Hwan est tout ce qu'il y a de plus vivant. (se tournant vers Phoenix, le ton mielleux) Il s'inquiétait pour toi, c'est mignon hein? Vous êtes quoi, en couple?


Oh oui, il allait le frapper. Puis le torturer… et le découper en rondelle…mais avant, l’attacher sur une chaise et lui chatouiller les pieds. Le torturer jusqu’à ce qu’il lui demande clémence. À cette pensée, un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Il imaginait déjà la scène. Il était certain que Phoenix voudrait participer.

    « C’est ça, t’aimerais bien, hein O’Connell? Va plutôt vider cet appartement, que je puisse enfin déménager.


Keaven ne put s’empêcher d’éclater de rire. Ce qu’il aimait le nouveau Phoenix; le vrai. Son thomas, son coloc d’âme, il n’arrivait pas à le supporter. Il tenait trop aux gens, il n’était pas assez indépendant. Phoenix, lui, était honnête et solitaire, fort, comme lui. Un frère, en quelque sorte. Allant rejoindre Phoenix, il passa un bras autour de son épaule, après l’avoir serrer dans ses bras. Juste le voir, ça lui faisait oublier ce con de Sullivan.

    « Jaloux, O’Connell?


Morgan ne sembla pas prendre la pique, car il se leva et disparut dans la chambre. Il échangea un regard amusé avec Phoenix et alla s’asseoir dans le salon, prêt à discuter. Il put clairement entendre O’Connell demander, de l’autre pièce, de ranger le salon et de s’occuper des cartons. Ohh le salaud… Il se prenait pour qui? Un roi? Alors que Phoenix commençait déjà à ramasser les trucs qui trainaient au sol, Keaven resta un moment à regarder autour de lui, à se demander s’il allait ou non, par ce geste, accepter d’avoir son sorcier tout près de lui. Sullivan allait être furieux. En fait, il était certainement déjà au courant que Morgan était son sorcier. C’était le genre de ce salaud de lui caché une chose aussi importante, pour son « bien ». N’importe quoi. Passant une main dans ses cheveux, il alla rejoindre Morgan dans la chambre pour l’aider. Après tout, Sullivan voyait bien son sorcier presque à tous les jours. Ce con.

À peine eut-il mis un pied dans la pièce que Morgan se mit à parler;

    « Ne t'avise pas de m'appeler Momo. Je sais que c'est une manie chez les coréens que je connais, mais je refuse que mon propre... host, le fasse. C'est comme si je m'appelais moi-même Momo, non? Déjà le chat s'appelle Momo. Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça merde. Tiens passe moi la lampe de chevet heu... ton nom?


Il haussa d’un sourcil, peu certain de son état mental, et lui tendit tout de même la lampe de chevet.

    « Keaven. Keaven Snow.


Chacun de leur côté, ils se mirent à faire des boites. Ils pensaient, se posaient des questions sur ce qui allait certainement se passer, maintenant qu’ils s’étaient trouvés. Pour Keaven, c’était certain qu’il n’allait pas lui redonner ses pouvoirs. Ils étaient siens, maintenant. Personne ne lui prendrait. Comme s’il avait entendu ses pensées, Morgan se mit à le mettre en garder, lui faisant sa morale sur les meurtres qu’il faisait, lui disant qu’il allait perdre ses pouvoirs à son tour, s’il osait continuer. Keaven se mit en colère.

    « Je tue les cons dans son genre, ducon. Ceux qui veulent ma peau, qui tue ceux de ma race. Ils tuent des enfants d’à peine 10 ans, juste pour leur magie. Ils méritent la mort, et d’où qu’il est, Merlin m’approuve. Il m’a donné mes pouvoirs, il m’a donné ce corps, cette façon de penser. Je tue pour lui. »


La chicane eut à peine le temps de démarrer que Phoenix arriver, les frappant tout les deux. De nouveau, ils parlèrent en même temps. Ils passèrent quelques secondes à se dévisager, et finalement, Keaven sourit. Il éclata par la suite de rire, plus léger qu’à son arrivé. Okay, ce mec était p’être son sorcier, un ancien tueur de host, mais bon, personne n’était parfait.

Il l’acceptait, au moins. C'était parfait ainsi.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

    Les hommes disent peu. Et je fais comme eux. J'use de lieux communs. De thèmes vaporeux. Pour embrouiller l'âme. Qui git dans mes yeux. Je déguise l'enfant, J'enferme monsieur. Les hommes disent peu. Et je fais pareil. D'un air ténébreux, J'attends mon éveil.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO

Revenir en haut Aller en bas
 

[Appartement de Thomas] Bordel de merde, bouge pas, où j'te bute. | PV MOMO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Magic Hosts  :: Muggles World :: Londres :: Appartement de Thomas Finns-

Partenaires


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit