Partagez | 
 

 Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MessageSujet: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Ven 24 Fév - 2:18

Mail de la Lincoln Corporation.

[ Couple sorcière et moldu, Maria et Josh Steevens, et leur fille Camille.
Respectivement, 30 ans, 30 ans, et 10 ans.
Habitent à Norwich depuis 2 semaines environ, pas loin d'une école.
Pas d'adresse précise.
6,000 £ les parents morts, la fille endormi.
Quelqu'un viendra la chercher.
]

[ OK. Je prends. ]

J'attrapais deux sac, un à accrocher sur la moto, l'autre à porter au dos. J'y mis mon fusil de précision, que j'utilise la plupart du temps, avec quelques armes en plus et des seringues. Je pris aussi une liasse de billets, suffisante pour pouvoir tenir plusieurs jours, et un de mes ordinateurs portables. Mon appartement, un loft vaste, était meublé du minimum nécessaire, et était très bien situé. Il y avait deux cages d'escaliers dans l'immeuble, dont une proche de ma porte d'entrée. Deux ascenseurs aussi, et un escalier extérieur de secours. Un parking souterrain, le métro pas loin. Je n'avais pas choisi mon nid au hasard, au contraire. C'est sûr, le quartier où j'habitais n'était pas pauvre. Personne ne connaissait mon adresse. Personne ne venait. S'ils avaient besoin de moi, les gens me contactaient par mail. Comme par exemple, la Lincoln aujourd'hui. Le revenu était plutôt pas mal d'ailleurs, Alexander devait y compter le temps de recherche. Étrange qu'il ne souhaite pas que je les endorme tous.. Tant mieux, ce sera plus simple comme ca. J'enfilais ma tenue de motarde, attrapais mon casque et mes sacs, et descendis au parking.

Ma Kawasaki Versys 650 n'avait pas bougé, toujours garée à sa place du 5B, étage 5 appartement B, que je quittais quelques jours pour mon job. Direction Norwich. Rouler, c'était comme libérateur. En moto, tu te faufilais, dépassais sans cesse les voitures, allais toujours plus vite que les autres. Tu ne pensais à rien. Juste à ton but et rouler. A ce que je me souvienne, je sais les conduire depuis mes 16 ans environ. Et en ce qui les concerne, je sais tout faire. Que ce soit au niveau de la mécanique ou de la conduite. Faut dire, je n'avais qu'une moto. J'avais appris à conduire une voiture, mais je pratiquais presque jamais. Une heure et demie plus tard, j'étais rendue bien loin de Londres. Assise dans un café, mon ordinateur sur la table et une bière posée à coté, je recherchais les écoles primaires qu'il y avait dans la ville. Il y en aurait apparemment sept, dont une proche de l'aéroport. A la place du couple, j'aurais choisi de vivre à coté de celle-ci. Je n'avais aucune idée de si la femme avait retrouvée sa magie ou non, mais pouvoir prendre l'avion restait plutôt pas mal. Et puis si Alexander voulait que je tue les parents, et qu'ils vivaient ici seulement depuis deux semaines, ils devaient être en fuite. Mais ca restait toujours assez difficile d'échapper à la Lincoln..

Je finis ma bière, rangeais mes affaires dans mon sac, mémorisais la photo de la famille qu'on m'avait envoyé avec le mail, et repris ma moto. Bientôt 15h. Soit la fin des cours pour la petite approchée, soit je devrais attendre une demie heure. Au moins, j'aurais le temps de repérer ses parents. Enfin, seulement si j'avais trouvé la bonne école. Quand j'arrivais, plus d'une dizaine de parents étaient regroupés à la porte de l'entrée. Je n'aurais pas besoin d'attendre. Je repérais tout de suite le père. Cet idiot c'était mis plutôt à l'écart des autres, et surveillait sa montre. On ne t'a donc jamais appris qu'il était toujours préférable d'être dans une foule que tout seul? Je restais suffisamment éloignée pour ne pas attirer l'oeil, et guettais le moment où sa fille le rejoindrait. Quand la cloche de l'église annonça 15h, la sonnerie retentit. Moins d'une minute après, père et fille s'éloignèrent vers leur maison, sans se douter qu'ils étaient suivis. A peine une rue plus loin, ils se retrouvaient chez eux. Regardant les alentours, je remarquais un toit d'immeuble parfait, une rue derrière, où je pourrais me poser.

Ma moto était garée dans une impasse, que je pouvais voir de là où j'étais. Je m'étais positionnée à un coin discret du toit. Mon fusil de précision munit d'un silencieux en main, l'oeil dirigé vers le viseur, je surveillais les allers et venus des parents. Je ne pouvais pas me permettre une balle perdue. Jamais. J'étais très patiente. J'attendrais le bon moment pour tirer. A mon avis, ce sera ce soir, quand ils iront se coucher. La petite dormira, elle ne se rendra compte de rien, et je pourrais aller lui injecter la seringue pour que quelqu'un puisse venir la chercher sans souci. Je restais tout de même là, prête à camper aussi longtemps qu'il le faudra. On ne sait jamais, si une occasion se présente.. J'allumais mon ordinateur, et envoyais l'adresse de la famille à Alexander. En retour, quelques minutes plus tard, je reçus un message sur mon téléphone, où était uniquement inscrit un numéro. Ca, ca voulait dire Appelles mon homme quand t'auras fini, il est déjà sur place, il attends plus que tu poses tes cartes.

Je me rendis compte à 20h seulement que je n'avais pas penser à acheter de quoi manger. Tant pis. Maintenant que j'y étais, je ne pouvais plus me permettre de quitter mon poste. J'avais rien manger depuis ce midi. Même si j'étais plutôt maigre, je me nourrissais pourtant bien à ma faim.. J'entendis alors la porte du toit s'ouvrir. Elle ne faisait aucun bruit, mais je la sentais s'ouvrir dans mon dos. Une personne fit quelque pas vers moi. Je ne me retournais pas. Elle avait le pas discret, à la fois léger et imposant. Elle s'arrêta pas loin. Elle ne dit rien. Elle ne semblait pas surprise de ma présence. Une de mes main se glissa instinctivement dans mon sac d'arme, en attrapant une, l'autre main restant sur le fusil de précision. Je restais aux aguets d'un quelconque mouvement de l'inconnu, sans pour autant quitter la petite famille des yeux. Une minute passa. Aucun de nous deux n'eut dit un mot. Je me décida alors, souhaitant au moins savoir si c'était un homme ou une femme.

'' La porte était fermée à clé. ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °




" C'est tuer pour rien, parfois, que de ne pas tuer assez. "
Albert Camus


Dernière édition par Oneïda Scodja le Mar 6 Mar - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Ven 24 Fév - 5:48

Tout était identique, et pourtant, si différent. Le loft industriel était vide de présence humaine, et Adams en était presque dessus. Il aurait aimé apercevoir sa mère, même de lui. Cela faisait si longtemps qu’elle les avait quittés. Passant une main dans ses cheveux, il laissa tomber son sac usé au sol, puis se laissa glisser sur le lit qui orné l’unique pièce. Un instant, son regard se fit vague. Tant de choses s’étaient passé ces dernières années, et pourtant, il lui semblait qu’il avait quitté ce loft la veille, avec sa chère mère. Cela faisait à peine un mois que Jordan était mort…prenant sa tête entre ses mains, il retint un sanglot. Seul, Adams pouvait laisser aller les sentiments qu’il refoulait depuis des mois…des années. Jordan a sa charge, il avait joué l’homme fort, mais il n’était qu’adolescent quand tout cela avait commencé, et il avait grand bien trop vite. Une dizaine de minute passa, puis, inspirant un grand coup, Adams quitta le lit. Retirant sa veste en cuir, il alla jusqu’à l’ascenseur, là où il avait laissé son sac. Il prit quelques papiers qui se trouvaient à l’intérieur – des articles de journaux, des chroniques nécrologiques et surtout, des papiers qu’il avait osé voler à la Lincoln, - puis s’installa sur la vieille table poussiéreuse.

Il avait été stupide de ne pas faire de recherche plus importante avant de départ, mais son attaque envers la Lincoln avait été si impulsive et surprenante qu’il avait eu de la chance de s’en être sorti vivant. Et d’avoir ses choses sur lui, aussi. Une seule chose lui manquait ; les photos de ses proches, le plus important. Ceux pour qui il faisait cela. Secouant la tête, Adams se mit à chercher les informations qu’il lui fallait. D’après ce qu’il avait pu voir dans les ordinateurs de la Lincoln, ceux-ci avaient un tueur principal. Adams avait été assez ingénieux pour imprimer la feuille où se trouvaient toutes les victimes et leurs otages. Son cœur se serra en voyant le nom des O’Connell, puis ceux de ses parents. Tout dernier, Jordan était celui qui lui faisait le plus mal. Son petit Jordan…

Se concentrant de nouveau sur les feuilles, il capta un nom qui revenait souvent. Oneïda Scodja. Un vieux portable se trouvait sur la table, tout poussiéreux, et Adams l’ouvrit et fit une recherche google sur la tueuse. Comme il s’y attendait, il ne trouva rien. Aucun facebook, twitter ou peu importe. Les sourcils froncés, il se mit à se poser des questions. Que ferait-il, s’il la trouvait? La tuer ne lui servirait pas à grand-chose, car la Lincoln pourrait se trouver quelqu’un d’autre. Non, il lui fallait quelque chose de bien plus intelligent que cela. Quelque chose qui serait à son avantage… et là, il se souvint de l’argent qui se trouvait dans son second sac. Toute la fortune des Chung à portée de main… assez pour faire changer de camps n’importe quel tueur à gage.

*

Il s’était avérer que le prochain meurtre de la jeune femme était Alexander Hamilton. Adams n’avait jamais apprécié son oncle, et malgré tout le bien qu’il était venu faire à cette époque, il décida de laisser faire la tueuse. Il pourrait ainsi voir comment elle agissait, et connaitre ses traits avant d’oser quoique se soit. Il avait une semaine pour se préparer, et quand cela arriva, Adams se trouvait à même le sol, faisant le sans-abri dans de vêtements puants. Il vit la balle, à une vitesse hallucinante, tuer son oncle. Il vit la belle mulâtre, beauté sauvage, attendre des heures le bon moment. Il avait affaire à une experte.

Il décida par la suite qu’il allait passer à l’action au prochain meurtre. Une petite fille allait être privée de ses parents, enfermée à la Lincoln. Il n’osait imaginer cela. C’était ce qui était arrivé à Maxime, sa petite sœur, la jumelle de Jordan, et il n’allait pas laisser cela arriver à une autre petite fille, maintenant qu’il avait le pouvoir de stopper cela. Son sac d’argent à la main, il avait donc quitté l’Amérique pour se rendre à Norwich. Enfant, Adams avait innocemment voulu faire comme son père. Dans le dos de celui-ci, il avait bu du sang de créature magique. Le gout lui avait levé le cœur et il s’était mis à pleure. Lucas l’avait trouvé à peine une minute plus tard, et l’avait grondé. Le petit ne l’avait jamais dit à personne, mais depuis ce moment là, ses pouvoirs s’étaient faits plus grand, et plus puissant. Le sorcier n’eut donc pas besoin de portoloin pour voyager. Un transplanage lui suffit.

Il était dans la foule, quand la cloche de l’église sonna 15h. D’un mouvement de legilimancie, il détecta un enfant qui n’attendait aucun parent, et d’un imperium, il contrôla l’enfant pour que celui-ci lui saute dans les bras. Le geste était ignoble, mais il ne voulait pas se faire repérer par la tueuse. Quand elle fut éloigné, suivant père et fille, il brisa le sort et lança un oubliviate informulée au petit avant de les suivre. Caché sous un sort d’illusion, Adams put la voir monter dans un bâtiment. Il resta un moment devant, puis voyant qu’elle comptait en faire son endroit de tire, il décida d’aller se chercher à manger. Un sandwich dans un petit super marché tout prêt lui sentit correct, et pensif, il décida d’en prendre un deuxième. Au cas.

De nouveau, il resta un moment devant la bâtisse. C’était maintenant que tout se jouait. Soit elle acceptait, soit elle refusait. L’avenir de sa race, de sa famille en dépendait. Le regard dur, il inspira un grand coup et décida de prendre les escaliers. Ça l’aidait à se détendre un minimum. La porte était verrouillée, tout en haut. Adams l’ouvrit d’un simple alohomora, et d’un pas léger mais solide, il marcha vers la femme. Elle ne se tourna pas, et pourtant, le Chung savait qu’elle l’avait attendue. Il ne fallait que voir les muscles de son corps… ses nerfs qui tressautaient. L’une de ses mains attrapa une arme, et Adams eut un léger sourire. Pourtant, elle ne le regardait toujours pas.

'' La porte était fermée à clé. ''

Sa voix était calme, contrôlée. Adams eut un instant envie de ne pas répondre, sachant qu’elle parlait simplement pour identifier des choses sur lui.

'' Une serrure ne résiste pas bien longtemps aux gens de ma race, ma belle. ''

L’arrogance dans sa voix était à son sommet, tout comme la moquerie. C’était une chose qu’il avait appris de Morgan, étant petit. La jeune femme ne se sentit pourtant pas agressée, au vu de son comportement, elle ne bougeait toujours pas, les yeux toujours fixe sur la famille. Adams tenta autre chose.

'' J’ai quelque chose à vous proposer. J’ai l’argent, beaucoup d’argent. Vous pouvez ranger votre fusil, ce soir. ''

Il lança ensuite son sac au sol, ouvert. Quelques pilles de billets glissèrent au sol jusqu'aux pieds de la tueuse.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

    « J’ai toujours ton coeur avec moi. je le garde dans mon coeur. Sans lui, jamais je ne suis, là où je vais, tu vas, Fred et tout ce que je fais par moi-même est ton fait, mon amour. Je ne crains pas le destin car tu es à jamais le mien, ma mouche. Je ne veux pas d’un autre monde car ma raison, tu es mon monde, mon vrai. C’est le secret profond que nul ne connaît, c’est la racine de la racine, le bourgeon du bourgeon, et le ciel du ciel, d’un arbre appelé vie qui croit plus haut que l’âme ne saurait espérer ou l’esprit le cacher.C’est la merveille qui maintient les étoiles éparses,je garde ton coeur,je l’ai dans mon coeur. »


Dernière édition par Adams T. Chung le Lun 12 Mar - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Mar 6 Mar - 20:09

C'était un homme. Un sorcier en plus. Je n'aimais pas les gens en général, les gens normaux. Ceux dénués de magie j'entends. Enfin non, je dirais plutôt que je ne les appréciais pas.. Leur compagnie est tout à fait inutile, sans importance. Mais le plus souvent pourtant, quand ils viennent vers moi, je joue la femme agréable et gentille, amicale et sociable. Cela attire toujours moins l'attention sur soi.. Beaucoup ne sont que des idiots qui suivent la marche, des incapables. Et les seules relations durables que je peux avoir ne sont qu'avec mes clients. Ceux qui me paient, qui m'apporte de l'argent et le plaisir de tuer encore et toujours. On m'a dit un jour que j'étais folle. Un petit homme d'affaire rondouillard, au bord de la faillite, qu'avait pris contact avec moi pour tuer son concurrent d'une mort naturelle. Bien sur, j'avais accepté, et le revenu au final avait d'ailleurs était un peu plus élevé que celui fixé au départ. Je crois que je lui ai fait un peu peur.. Les sorciers, eux, comme les créatures magiques et les hosts, je les détestais. C'était une nuance qui avait son importance à mes yeux. Un face à face avec un être empli de magie n'était pas le même qu'avec un ''moldu'', comme ils disaient. Les armes à feu, se battre à mains nues, tout cela était assez superficiel. Eux, ils avaient la magie. Quelque chose que je ne connaissais pas vraiment et que je n'avais pas particulièrement envie de connaître. Je redoublais toujours d'attention lorsqu'il fallait que je m'occupe de leur cas. Ce ne sont pour autant pas des tout puissants, ils restent des Hommes et comme tous les Hommes, ils ont des faiblesses, des défauts que j'arrive à déceler suffisamment tôt pour les atteindre. Mon fusil de précision me servait d'autant plus pour les tuer. Ils ne voyaient rien, ne s'attendait à rien sur le moment : ils devenaient des proies faciles.

Je n'aimais pas la présence de ce gars là dans mon dos. Il était arrogant, cela s'entendait aisément. Il n'avait pas eu de retenu pour me dire d'emblée qui il était. Et il avait beaucoup, beaucoup d'argent. Un bref coup d'œil m'avait suffit pour voir la tonne de liasses de gros billets à coté de moi. Ce mec ne voulait pas ma mort, ne cherchait pas la confrontation mais mes merveilleux services. Depuis son arrivé, je n'avais pas quitter des yeux la petite famille, qui venait de s'installer dans le salon devant la télévision. Je ne pouvais pas tuer les parents maintenant. La gamine s'affolerait et se barrerait. A mon avis, ils allaient y rester un petit moment, et relâcher mon attention cinq minutes ne me ferait pas manquer une occasion. Je relevais donc mon fusil, calais l'arme que j'avais prise dans mon sac à ma ceinture, et attrapais une seringue. Je me dirigeais rapidement vers lui, mes talons raisonnant dans la nuit calme. En général, les gens disent que mise à part le fait qu'ils donnent de belles jambes et une certaine élégance, il sont pas mal emmerdant. Ce n'était pas mon avis. Le seul inconvénient que je leur trouvais à ces talons, c'était pour faire de la moto. Et encore, j'avais pris l'habitude depuis le temps. Pour courir, je les retirais, tout simplement. Être pieds nus dans la rues ne m'était pas très dérangeant.. Il se révélaient utiles surtout dans certains cas pour l'escalade. Enfin bref, moi je les aimais, surtout qu'ils étaient jolis.. En même temps que j'avançais dans sa direction, je lui parlais après une période silencieuse plus ou moins longue de ma part.

'' Excuse moi mon beau, mais je ne fait pas confiance aux inconnus. T'as besoin de moi, alors ne bouge pas et laisse moi faire. ''

Il n'eut aucun mouvement de recul ou de réticence, ce qui m'étonna quelque peu. Qui est-il? Aucune idée. Voila pourquoi je lui avais injecté une sorte de produit que la Lincoln m'avait refilé pour bloquer la magie. Une dose suffisante pour trois personnes. Je retournais sans un mot à ma place, reprenant en main mon fusil, guettant le moment pour tirer.

'' Tu me proposes quoi au juste? Tu n'es pas censé savoir où je suis. Personne ne le sait. Comment tu m'as trouvé? Et je sais très bien ce que tu m'as dit, mais je n'ai aucune raison de t'écouter, j'ai mon contrat à régler. ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °




" C'est tuer pour rien, parfois, que de ne pas tuer assez. "
Albert Camus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Lun 12 Mar - 23:26

Chaque seconde comptait, tout comme chaque geste. Elle semblait bien plus tendue qu’elle ne voulait le montrer, et Adams savait que s’il osait faire un faux mouvement, elle le tuerait. Il agirait de la même manière, à sa place. Le regard toujours fixé dans la lentille de son fusil, la jeune femme ne lui répondait pas. Elle restait ainsi un certain moment, et bientôt, Adams commença à s’impatienter. Il était en train de vivre la grande scène, et elle semblait complètement s’en ficher. Cette soirée là allait décider de tout le reste, et si Adams n’arrivait pas à la convaincre, il n’aurait le choix que de la tuer, pour ensuite trouver un autre plan.

Soudain, elle fit un mouvement. La tueuse à gage releva l’arme, cala l’autre contre sa ceinture, et s’empara d’un petit objet. D’un simple regard, Adams put identifier ce que c’était. Une seringue de la Lincoln. Combien s’en était-il pris, depuis son enfance? Heureusement, les seringues de l’époque étaient bien moins dangereuses que les dernières qu’il avait affronté et grâce au sang qu’il avait autrefois ingurgité, il avait une certaine résistance face au liquide. Sa magie partait tout de même pendant un moment, figé dans ses veines, mais le temps d’absence était bien moins grand que celui des autres.

Les talons aiguilles de la femme claquèrent contre le sol, et l’observant dans les yeux, Adams attendit qu’elle fasse ce qu’elle comptait faire. Elle voulait juste être en sécurité, d’une certaine manière. Elle ne comptait prendre aucun risque.

'' Excuse moi mon beau, mais je ne fait pas confiance aux inconnus. T'as besoin de moi, alors ne bouge pas et laisse moi faire. ''

La seringue s’enfonça dans le creux de son épaule, et il retint un gémissement de douleur. Il avait beau s’être pris plusieurs seringues au cours de sa vie, la douleur restait toujours la même et la sensation du liquide dans ses veines restaient toujours la même. Dire que des gens ressentaient cela à tous les jours, enfermés entre quatre murs. Il n’osait imaginer… ce que sa petite sœur avait certainement vécu.

La tueuse était retournée à sa place, le regard de nouveau bien caché derrière la lentille de son fusil. Adams en fut presque insulter. Pensait-elle que toute sa force se trouvait simplement dans sa magie? Adams ne faisait pas parti de ces sorciers qui faisaient trop confiance à sa magie. Il avait appris à se battre comme bien des hommes, surtout lorsque la Lincoln avait créé un système qui repérait chaque éclat de magie dans un certain rayon de kilomètre.

'' Tu me proposes quoi au juste? Tu n'es pas censé savoir où je suis. Personne ne le sait. Comment tu m'as trouvé? Et je sais très bien ce que tu m'as dit, mais je n'ai aucune raison de t'écouter, j'ai mon contrat à régler. ''

Le sérum commençait doucement à faire effet. Passant une main dans ses cheveux, il regarda un peu de tous les côtés, puis alla s’asseoir près d’elle, dos contre le mur. Leur regard se captèrent une seconde et elle retourna à son observation. Elle ne semblait plus le voir comme une menace. Adams retint tant bien que mal une grimace.

'' Non, tu feras pas cette mission là. Lincoln peut bien le croire, mais non, tu le feras pas. Le contrat que j’te propose est plutôt simple; tu continue de faire ce que la Lincoln te dit… ou plutôt de leur faire croire que tu le fais. À chaque mission, tu me préviens. Si tu le fais pas, on s’en fous, je serais au courant quand même. J’connais un endroit où les mettre en sécurité. J’sais aussi que y’a un mec qui attend le signal. C’est bon, donne lui. J’peux le butter, ça me ferait plaisir. J’compte bien faire tomber la Lincoln. Avec ou sans ton aide. ''

Ils échangèrent un long regard. Au bout d’un moment, Adams sortit le deuxième sandwich qu’il avait emballé. Un sandwich au thon, comme il avait lu dans le dossier de la jeune femme. Après tout, la Lincoln était du genre à avoir un dossier sur leur tueur vedette…et Adams n’avait pu s’empêcher de l’imprimer. Il le tendit à la jeune femme avec un léger sourire mystérieux, puis porta son regard sur ses victimes.

'' Tu sais…elle aussi se réveillerait peut-être une pleine nuit… à cause d’un bruit étrange. Elle trouvera peut-être le cadavre de ses parents. ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

    « J’ai toujours ton coeur avec moi. je le garde dans mon coeur. Sans lui, jamais je ne suis, là où je vais, tu vas, Fred et tout ce que je fais par moi-même est ton fait, mon amour. Je ne crains pas le destin car tu es à jamais le mien, ma mouche. Je ne veux pas d’un autre monde car ma raison, tu es mon monde, mon vrai. C’est le secret profond que nul ne connaît, c’est la racine de la racine, le bourgeon du bourgeon, et le ciel du ciel, d’un arbre appelé vie qui croit plus haut que l’âme ne saurait espérer ou l’esprit le cacher.C’est la merveille qui maintient les étoiles éparses,je garde ton coeur,je l’ai dans mon coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Jeu 15 Mar - 18:17

L'idée d'avoir deux salaires pour pas grand chose.. C'était plutôt agréable. De cette manière je pourrais me détacher un peu de la Lincoln, et prendre plus de nouveaux contrats. J'avais aussi mis des clients étrangers, majoritairement de l'Amérique, sur attente. Ils avaient quelques besoins en Europe, surtout au Royaume Uni, ils avaient peu de main d'œuvre ici, et encore moins de personnes biens qualifiées pour faire leur petit travail.. Donc j'en mettais certains dans l'obligation d'attendre que j'ai un peu de temps qui se libèrent. L'occasion parfaite donc, cet arrangement. Si les choses finissaient par mal tourner, je me retirerais déjà le plus possible de cette affaire là, et puis au pire des cas, ca me fera deux ou trois personnes en plus qui souhaiterons ma mort.. En fait, cela semblait plutôt facile de duper la Lincoln.. Je restais à le regarder encore une seconde, puis finit par ranger mon fusil. Tu ne tireras pas ce soir mon p'tit.. Restait juste à régler la question du prix.

'' Ton argent là, je ne vais pas tout prendre en une fois. Je m'engage pas. Alors tu me donnes combien pour chaque sabotage? ''

Je me demandais comment il allait faire.. Vu le nombre de contrat qu'Alexander me donnait, vu le nombre de capture qu'il faisait en moyenne, mini-héros ne pourra pas sauver tout ce jolie petit monde.. Ou même tuer chacun des agents qui viennent chercher normalement les corps, morts ou vivants. Enfin ca, c'était son problème. S'il se foutait dans des merdes pas possibles, ce n'est pas moi qui l'aiderait à s'en sortir. A moins qu'il m'y foute aussi. 'Fin bon, on verra bien quand ca arrivera, pour le moment, on en était pas là. Mini-héros me tendit alors un sandwich. Au thon. Ce que je prenais le plus souvent. C'était assez.. surprenant. Mais sûrement pas un hasard, j'en étais certaine. Que savait-il d'autre sur moi? Rien que cette question sans réponse m'incitait à rester en contact avec lui, à l'avoir à l'œil. Je m'assis face à lui en tailleur, dos contre le muret, mon sac entre mes jambes, et commençais à manger. Ca m'étonnerais qu'il soit empoisonné ou un truc dans le genre, ce serait idiot de me demander en aide pour me tuer ensuite.. Bon oui, okay, j'étais peut être un peu trop parano à ce niveau. Mais on ne savait pas sur qui on tombait. Surtout moi, avec les gens parfois vraiment étranges que je pouvais côtoyer pour le besoin du travail.. C'était devenu un reflex de toujours penser de cette manière.

Mini-héros commença alors à me parler de la gamine. De si elle s'était réveillée après que j'ai tué ses parents, et qu'elle les ait découvert mort dans leur chambre. Je n'avais jamais envisagé cette possibilité.. C'est vrai en plus, à qui ce n'est jamais arrivé de se réveiller en pleine nuit par on ne sait quoi? Mais les chances pour que ce soit arriver pile ce soir là, et que pile ce soir là elle aille voir ses parents dans leur chambre.. Elles étaient plutôt minces tout de même. Par contre, qu'elle se réveille lorsque je rentre dans sa chambre pour lui injecter le premier liquide stoppant sa plausible magie puis le second pour bien l'endormir, c'était fort fort probable..

'' Tu sais.. Si ca se trouve, elle croira qu'ils dorment. Et puis au pire, elle aura l'occasion de les revoir une dernière fois. Je peux envoyer le message au gars ou t'es pas prêt? ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °




" C'est tuer pour rien, parfois, que de ne pas tuer assez. "
Albert Camus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Sam 17 Mar - 1:14

Il n’y avait pas plus grand revirement de situation. En les voyant ainsi, une personne aurait certainement dit qu’ils n’étaient que deux amis en train de parler de la vie, et n’oserait croire qu’à peine quelques minutes plus tôt, ils se regardaient en chien et chat, chacun attendant le moindre mouvement suspect pour s’en prendre à l’autre. Adams trouva la situation plutôt cocasse, et la regardant manger son sandwich, il ne put s’empêcher de sourire légèrement avant d’oser penser à la question qu’elle lui avait proposé. Pas de contrat à long terme. Cela ne l’étonnait pas vraiment d’elle, et Adams se contenta d’hausser des épaules. La mulâtre avait presque fini de manger le sandwich qu’il lui avait choisi, et il ne put s’empêcher de l’observer. Les femmes n’avaient jamais été son truc, mais cela n’empêchait rien au fait qu’elle était belle. Les combats se voyaient dans chaque muscle de son corps et sur les traits de son visage, et Adams se doutait bien que sans cela, elle lui aurait paru bien fade. Sa force faisait sa beauté.

'’ Tu sais.. Si ca se trouve, elle croira qu'ils dorment. Et puis au pire, elle aura l'occasion de les revoir une dernière fois. Je peux envoyer le message au gars ou t'es pas prêt? ''

Adams se redressa, passant une main dans ses cheveux. Son regard se tourna lentement vers la vitre, observant la demeure de la petite famille qui aurait pu mourir ce soir. Tous dormaient, ne se doutant pas que leur destin venait d’être jouer le soir même. Adams eut un léger sourire face à l’ironie de l’instant, puis son regard se fit dur. Il était temps d’être sérieux, d’agir comme l’homme qu’il était, pour la mission qu’il s’était donné.

Il prit la parole alors, les idées bien en place.

‘’ Demande le prix que tu voudras par mission, et je te le donnerai. Chaque fois plus que la Lincoln, si ça peut te faire plaisir. L’argent m’importe peu, pour le moment. Tu veux appeler le gars maintenant? Si pressez de ne plus me voir ce soir? Moi qui pensais être pourtant de charmante compagnie. ‘’

Il lui adressa un léger sourire, et se dirigea vers son sac. Il savait que la Lincoln avait donné à la tueuse à gage 6000 £ pour cette mission, et décida donc de lui en donner 8 000 £ pour accomplir la sienne. Fermant le sac par la suite, il le monta sur son épaule avant de lui faire de nouveau face.

‘’ On peut attendre environ…30 minutes encore? Ma magie n’est pas tout à fait revenir encore. Mais si tu insiste, je peux aller ailleurs, vu que ma présence semble si dérangeante. ‘’

Il parlait tant pour ne rien dire. Frederick aurait surement été stupéfait, surtout aux nombres de fois où il avait assez de le faire parler, malgré le peu de temps qu’ils avaient passés ensemble. Surpris de pensée à un tel moment au môme qu'il avait sauvé d'un suicide et d'un meurtre, Adams essaya de penser à autre chose.

La mission.

Debout devant sa nouvelle associée, il attendit qu’elle prenne sa décision.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

    « J’ai toujours ton coeur avec moi. je le garde dans mon coeur. Sans lui, jamais je ne suis, là où je vais, tu vas, Fred et tout ce que je fais par moi-même est ton fait, mon amour. Je ne crains pas le destin car tu es à jamais le mien, ma mouche. Je ne veux pas d’un autre monde car ma raison, tu es mon monde, mon vrai. C’est le secret profond que nul ne connaît, c’est la racine de la racine, le bourgeon du bourgeon, et le ciel du ciel, d’un arbre appelé vie qui croit plus haut que l’âme ne saurait espérer ou l’esprit le cacher.C’est la merveille qui maintient les étoiles éparses,je garde ton coeur,je l’ai dans mon coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Mer 21 Mar - 21:40

L'argent lui importait peu? On n'en avait vraiment pas la même valeur.. 2000£ de plus que la Lincoln me semblait plutôt satisfaisant pour passer la moitié du temps à ne rien faire. Je rangeai les billets dans mon sac, et me tenais debout face à cet étrange individu. J'étais toujours payée en liquide. Le seul compte que j'avais à la banque était vide et sous un faux nom. En y réfléchissant deux secondes, tous mes papiers officiels comportaient des faux noms. Ils étaient tous basés sur ma carte d'identité datant de mon enfance, que les amis à mes parents m'avait fait procurer. Dans les dossiers de l'Etat, j'étais fichée en tant que Jessica Landry, née le 27 décembre 1994 en Espagne. En somme, tout ce qui n'avait pas rapport au physique était totalement erroné. Du coin de l'œil, je regardai cet homme, ce sorcier inconnu. Il était plutôt mignon, l'air jeune mais qui avait pourtant dû vivre de nombreuses choses. A ses traits, je voyais bien qu'il savait se battre, et qu'il avait déjà tué. Quand on les connaissait, on les remarquait aisément. Sauf que lui devait s'acharner à faire le bien, tandis que personnellement, je m'en foutais royalement. En tout cas, niveau magie, il avait l'air bien, bien puissant. Il sentait déjà sa magie revenir alors que les doses que je lui avais administré était pour plus d'un homme. Bordel, qui c'est ce mec?!

J'esquissais un sourire devant ses paroles. Une nouvelle fois, il tentait de me faire en quelque sorte culpabiliser de le faire disparaître de ma vue aussi rapidement. A mon avis, il s'amusait plus qu'autre chose.. Il pensait être de charmante compagnie? Peut être que oui, peut être que non. Pour ma part, je n'y faisais pas attention. Et je ne m'en préoccupais pas surtout. Mais c'est sûr que comparé à d'autres, il est moins.. quel mot choisir? Énervant, lourd, lassant, con? Oui, cela, je ne pouvais que l'affirmer. 30 minutes d'attente qui restait, selon lui. Même s'il m'était plutôt tentant de partir et de rentrer à Londres, ou d'aller dans un hôtel, ou encore de trainer dans un bar et trouver compagnie pour la nuit, il était pour l'instant plus raisonnable de rester avec lui. Une ou deux questions étaient restées en suspend. Je saurais être patiente de toute manière. Et puis faut bien dire que j'étais curieuse de voir ce qu'il allait faire du gars de la Linclon et de la famille.. Je m'assis sur le muret, lui adressant un sourire amicale et particulièrement hypocrite.

'' Détrompes toi, ta présence ne me dérange pas. Qui es-tu? Qu'est-ce que tu sais d'autre sur moi? Et comment? ''

Connaître un détail aussi minimal comme celui que j'aime les sandwichs au thons révélait quelques petites choses. D'une, j'étais assurée que ceci ne soit pas un hasard. De deux, il savait obligatoirement d'autres choses sur moi. De trois, ca m'agaçais. Ce gars là devait être le premier sorcier avec qui je traitais. Je ne m'attendais pas à ce qu'il me dise tout sur lui, sur ce dont il était au courant. Et encore moins sans aucun mensonge. Jamais je ne lui ferais confiance de toute façon, j'avais eu suffisamment de retournement de veste et autres dans ma vie pour le pouvoir.

'' T'as pas intérêt à me mêler à des coups foireux. ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °




" C'est tuer pour rien, parfois, que de ne pas tuer assez. "
Albert Camus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Ven 23 Mar - 5:16

Il savait parfaitement à quel jeu elle comptait jouer. Lui faire les jolies yeux, et essayait d’avoir de ses réponses. Adams n’était pas stupide, il connaissait parfaitement le numéro. Après tout, ne l’avait-il pas utiliser avec une dizaines de membres féminins de la Lincoln pour obtenir des informations au cours des dernières années. Il aurait clairement pu lui dire qu’il ne comptait pas lui répondre, mais pourtant, Adams était d’humeur joueuse. C’était surement à cause de cette première journée avec ce rigolo de Frederick Weasley. Le gamin avait une mauvaise influence sur lui…déjà...Si tôt. La tueuse alla s’asseoir tout près de lui, sur le muret. À voir son regard, elle semblait soudainement charmeuse, ce qui était étonnant. Mais bon, Adams n’était pas vraiment étonné, se doutant bien de son plan. Il était évident qu’elle voulait savoir d’où il détenait tout ses informations. Alors que comptait-il faire…et bien, lui faire la vérité. Après tout, c’était tellement étrange qu’elle n’oserait y croire.

'' Détrompes toi, ta présence ne me dérange pas. Qui es-tu? Qu'est-ce que tu sais d'autre sur moi? Et comment? ''

Passant une main dans ses cheveux, Adams la regarda longuement avant de lui répondre. Il devait choisir soigneusement ses mots, avec quelqu’un comme elle. Elle pourrait faire n’importe quoi, dont les utiliser contre lui. Le Chung n’avait aucune garanti qu’elle allait être en quelque sorte de son côté toute le long de son plan. Elle pouvait, à un moment ou un autre, choisir de se placer du côté d’Alexander. Après tout, cet homme était plutôt convaincant. Adams lui-même avait failli tomber dans ses filets un jour, quand il l’avait rencontré dans la rue. Un homme tout à fait charmant, mais démonique, selon lui.

'' T'as pas intérêt à me mêler à des coups foireux. ''

Adams lui adressa un bref sourire.

« Jamais, j’en ai assez des coups foireux. Par contre, je te demande la même chose. Plusieurs choses dépendent de ces contrats. Mon plan en dépend. Et pour tes questions. Écoute. Peu importe ce que je te dirais, vérité ou non, tu ne me croirais pas. C’est une histoire longue, et ennuyeuse. Tout ce qu’il y a à savoir, c’est que la Lincoln à tuer ma famille. La Lincoln n’est qu’au début de son massacre, et je ne la laisserais pas aller jusqu’au bout. Nous ne sommes pas des animaux, des bêtes à traquer. Et malgré ses jolis mots, Alexander ne fait pas tout cela pour la population, mais pour lui. Dieu seul sait ce qu’il compte faire avec toute cette magie qu’il nous arrache. Ne cherche pas à savoir qui je suis… tu pourrais être un peu trop surprise, bien plus que tu le crois. »

Ils se regardèrent un moment, l’un cherchant la vérité dans les paroles de l’autre. Ses mots semblaient avoir un peu troublé la beauté, et Adams était bien fier de son effet. Il n’avait pas menti, et c’était surement cela qui l’intriguait. Jetant un coup d’œil à sa montre, il se leva d’un bon. Sa magie était enfin de retour, et toute la petite famille dormait bien paisiblement. Adressant un coup d’œil à la mulatre il lui dit.

« Et Hop, ça commence. »

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

    « J’ai toujours ton coeur avec moi. je le garde dans mon coeur. Sans lui, jamais je ne suis, là où je vais, tu vas, Fred et tout ce que je fais par moi-même est ton fait, mon amour. Je ne crains pas le destin car tu es à jamais le mien, ma mouche. Je ne veux pas d’un autre monde car ma raison, tu es mon monde, mon vrai. C’est le secret profond que nul ne connaît, c’est la racine de la racine, le bourgeon du bourgeon, et le ciel du ciel, d’un arbre appelé vie qui croit plus haut que l’âme ne saurait espérer ou l’esprit le cacher.C’est la merveille qui maintient les étoiles éparses,je garde ton coeur,je l’ai dans mon coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Dim 25 Mar - 14:16

A mon sens, il n'existait qu'un mot pouvant définir cet inconnu : étrange. Je ne doutais pas vraiment de la véracité de ses propos, mais je me demandais bien ce qu'il pouvait cacher. Même si je l'avais voulu, je n'aurais rien pu rechercher sur lui. Il ne m'avait même pas fourni son nom! Et puisque que des bases de données ne me donneraient rien, je comptais bien me renseigner à la source. C'est à dire le suivre. J'en apprendrais sans doute plus qu'en perdant mon temps à lui poser des questions. En plus il n'avait presque pas répondu aux miennes. Qui il était, certes cela m'était important, mais pas autant que la façon dont il avait appris des choses sur moi. La première chose qu'il me faudrait trouver est l'endroit où il vit. Ou un lieu où il a l'habitude de se rendre. Mais comment réussir à tracer quelqu'un qui pouvait transplaner et disparaître en l'espace d'une seconde on ne sait où? La seule chose qu'il m'avait donné sur lui était que la mort de sa famille avait été causée par la Lincoln. Et il comptait apparemment bien se venger pour tous les êtres magiques tués et capturés. Qu'est-ce qu'il m'avait dit déjà plus tôt? Que même si je ne le prévenais pas, il serait au courant de chaque mission? Mais comment!? Alexander avait certes des listes de cibles qu'il avait dans son viseur, mais les têtes misent à prix qu'il me donnait était selon les évènements.. Je ne voyais alors que deux possibilités. Soit il me suivait moi, soit il avait quelqu'un d'infiltrer et proche de Lincoln.

Sur bien des points, Alexander était un homme intelligent. La preuve était là. Ces imbéciles de serviteurs lui était dévoué pour que la magie soit irradiée. Mais apparemment, il avait un objectif personnelle que peu arrivaient à distinguer. Personnellement, je ne m'y intéressais pas. Ce qui comptait juste pour moi était d'exercer mon travail et d'être payée. Le sort de chacun me passait bien au-dessus de la tête, et je ne m'étais toujours inquiétée que de ma propre personne. On resta longtemps à se regarder l'un l'autre, à se jauger. Il m'avait demander la même chose que moi. Pas de coups foireux. Ce à quoi j'avais préféré ne rien répondre. Je ne pouvais pas savoir comment les choses allaient se prononcer à l'avenir..

Les trente minutes étaient déjà passées. Je réfléchis quelques secondes au plan qui tiendrait le plus la route. Il fallait que la Lincoln n'est aucun doute sur ce que je dirais. S'ils ne me croient pas, si un détail ne va pas, ils ne se risqueront pas à me garder. J'étais certes leur meilleure tueuse, qui accomplissait les contrats les plus importants. Mais j'étais certaine que si il venait à découvrir ou à soupçonner que je ruinais leur plan et qu'au final, j'étais chez le camps ennemi, je serais mise à la porte, voir même tué.

'' Je ne vais pas envoyer de message au gars de la Lincoln. Ou l'appeler. Tu vas aller là-bas et faire transplaner ces gens je ne sais où. Si tu tiens à le tuer, leur homme doit être dans une maison voisine. Je ne pense pas qu'Alexander me paiera là. Et dis toi que tu ne pourras pas toujours sauver tout le monde, sinon je serais discrédité. Aussi, tu pourrais au moins me donner ton nom. ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °




" C'est tuer pour rien, parfois, que de ne pas tuer assez. "
Albert Camus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams] Jeu 5 Avr - 4:48

'' Je ne vais pas envoyer de message au gars de la Lincoln. Ou l'appeler. Tu vas aller là-bas et faire transplaner ces gens je ne sais où. Si tu tiens à le tuer, leur homme doit être dans une maison voisine. Je ne pense pas qu'Alexander me paiera là. Et dis-toi que tu ne pourras pas toujours sauver tout le monde, sinon je serais discrédité. Aussi, tu pourrais au moins me donner ton nom. ''

Adams tourna son regard vers elle. Elle disait vraie. La Lincoln était une grande association, et il y avait beaucoup de risque dans ses plans. Pourtant, il se devait d’essayer. Certes il ne pouvait sauver tout ceux qui se trouvaient sur la liste de la Lincoln Corporation, mais il pouvait tout de même en sauver quelques uns… les plus importants, ceux qui seraient importants dans le futur. Dont cette petite qui avait un rôle important à jouer au sein de la Lincoln. La première à devenir humaine.

« Les prochaines fois, fais la mission au complet. Avertis le gars. Je le tuerais alors qu’il apporte l’enfant à la Lincoln, rien ne sera relier à toi. »

Il passa une main dans ses cheveux, élaborant rapidement un plan dans sa tête. Il savait parfaitement où se trouvait le QG de l’Order Society, donc il lui était facile de transporter la petite famille là bas. Ted Lupin allait certainement se demander qui il était, mais Adams comptait bien rester dans l’anonymat le plus longtemps possible. Tuer l’homme qui attendait sagement aller aussi être facile. Après tout, n’avait-il pas tué deux personnes à peine quelques heures plus tôt…deux autres agents de la Lincoln? La femme était d’ailleurs enceinte, d’après ce qu’il avait pu sentir dans l’air. Cette pensée lui arracha une grimace de dégout. Il détestait penser qu’il avait tué une personne tout à fait innocente dans cette histoire. Et pourtant, c’était bien le cas.

Tournant son regard vers la mulâtre, il vit dans ses yeux qu’elle attendait toujours une réponse de sa part. Son nom, bien évidemment.

« Adams, tout simplement Adams. »

Il vit de par ses yeux qu’elle s’apprêtait à lui poser une autre question, et le coréen reprit la parole;

« Même si je dirais mon nom, tu ne trouverais rien sur moi, Oneida. Ma famille est morte. Tu ne trouverais que le dossier d’un gamin d’à peine 11 ans. Tout ça…c’est mon passé. »

Il n’avait pas dit la vérité à vive voix, seulement dissimulé derrière d’autre mot. De sa part, elle comprendrait ou non, et il s’en fichait. Il la payait, et c’était tout juste ça. Elle n’avait pas à croire son histoire de voyage dans le temps si elle arrivait à comprendre ce qu’il avait voulu dire.

D’un dernier geste, il quitta le toit. Il avait une famille à sauver… un homme à tuer.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

    « J’ai toujours ton coeur avec moi. je le garde dans mon coeur. Sans lui, jamais je ne suis, là où je vais, tu vas, Fred et tout ce que je fais par moi-même est ton fait, mon amour. Je ne crains pas le destin car tu es à jamais le mien, ma mouche. Je ne veux pas d’un autre monde car ma raison, tu es mon monde, mon vrai. C’est le secret profond que nul ne connaît, c’est la racine de la racine, le bourgeon du bourgeon, et le ciel du ciel, d’un arbre appelé vie qui croit plus haut que l’âme ne saurait espérer ou l’esprit le cacher.C’est la merveille qui maintient les étoiles éparses,je garde ton coeur,je l’ai dans mon coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams]

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu me proposes quoi au juste? [PV Adams]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Magic Hosts  :: Muggles World :: Ailleurs-

Partenaires


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit