Partagez | 
 

 Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Dim 4 Mar - 15:31

Entre le rêve et la réalité, j'émergeais de mon sommeil dans les bras de mon mari. Plus de 7 ans, qu'on était marié. 7 années de purs bonheurs en compagnie de nos enfants. Me détachant un peu de lui, je regardais l'heure qu'affichait le réveil. 7H00. Si tôt que ca? Je me rallongeais dans le lit, essayant de dormir encore un peu, mais je sentais que je n'allais pas y arriver. Surtout que je m'étais déjà mise à penser à des milliers de choses. Nous, Mackenzie et Rafael, mon boulot, celui de Morgan.. A aujourd'hui et aux jours à venir. La guerre avait repris. A travers le monde entier, toutes catégories confondues. Tout le monde était concerné. Cela faisait longtemps, mais je me remémorais le jour où ma petite merveille était née. Au moment même où il y avait eu la Grande Bataille à Poudlard. Mack' avait choisi le bon moment pour sortir de mon ventre tiens.. Quant à Rafael, même s'il ne l'était pas véritablement, je le considérais comme mon propre fils. Aucune distinction entre les deux. Morgan l'aimait, je l'aimais. C'était aussi simple que ca. J'en venais je ne sais comment à penser à ma marque. Sans doute suis-je un peu trop attaché à mon travail.. Alors que plusieurs années auparavant, j'avais dans l'espoir d'être égal à de grands créateurs tel Chanel ou Dior, mon rêve était à présent devenu réalité. D'ailleurs, j'avais un grand défilé sur le thème de la magie à préparer. Il aura lieu dans une semaine et demie, et j'ai l'impression qu'on ne sera jamais prêt à temps. J'avais mis quoi? Un mois à réaliser toutes les tenues et les accessoires? Depuis une semaine, on préparait les lieux, sélectionnait les mannequins, faisait de la pub le plus possible. Je m'étais décidée à ce projet en partie pour Morgan, mais aussi pour mes propres convictions. Dès que ma dernière collection avait été lancé, je m'étais attaqué à cette nouvelle idée. Aussi, j'organisais un diner avec des gens plutôt hauts placés qui seraient favorables à mon mari. Qu'est-ce qu'on ferait pas pour ceux qu'on aime.. Je regardais une nouvelle fois le réveil. 7H15. Décidément, je ne dormirais pas plus de cinq heure.. Arriver à se coucher à la limite du raisonnable avec lui, ce n'était pas facile. Mais bon, c'est pas comme si on allait s'en plaindre, on s'habituait vite après tout.. Je me levais du lit, embrassant doucement mon amour au passage, et filais vers la douche. Dire que quelques mois plus tôt, il hésitait à se présenter pour le poste de sénateur..

***
Le 1er Septembre 2013 avait eu lieu notre mariage. Assurément l'un des plus beaux jours de ma vie. On avait voulu faire quelque chose de simple, avec seulement nos proches, les amis et la famille. Tout avait été absolument merveilleux! Et ne parlons pas de la nuit de noce.. On fêtait aujourd'hui, en 2020, nos 7 ans de mariage en week-end à Paris. Morgan avait insisté pour s'en occuper ; tout préparer et me faire la surprise. Il savait bien que j'adorais cette ville.. En premier lieu parce qu'elle était la capitale de la mode, mais aussi parce que je la trouvais magnifique. J'avais l'occasion de m'y rendre souvent, pour le travail. Comme à beaucoup d'autres grandes capitales d'ailleurs. Mais je n'avais encore jamais pris le temps de la découvrir. J'allais uniquement dans certaines de mes boutiques, à des défilés ou bien à des diners. On était arrivé hier midi, en transplanant. Mon homme avait réservé une chambre dans un hôtel luxueux, où l'on pouvait voir la Tour Eiffel depuis la fenêtre. Même si je me rendais fréquemment dans cette ville, je n'étais encore jamais montée au sommet de la Tour. Et hier soir, Morgan avait eu l'idée de nous faire diner à son sommet. C'était pourtant l'une des choses que les touristes pensaient à faire en premier, mais je n'en avais pas eu le temps. Je n'avais pas été très à l'aise à l'idée de laisser les enfants seuls au manoir. Raf' était grand, il y avait l'elfe de maison et on avait demandé à Jessie de venir durant les deux jours. Et j'avais dû faire plus de trois fois le tour de la maison pour vérifier si elle était bien protégée.. Aux dernières nouvelles, ils allaient tous parfaitement bien, mais une part de moi restait inquiète.

Ce midi, nous nous étions installé dans un restaurant purement français pour déjeuner. On s'était finalement décidé à sortir du lit.. Je ne me lassais pas de la présence de Morgan à mes cotés, et de ce que je me souvienne, cela ne m'étais jamais arrivée. A lui seul, il représentait ma vie. Depuis qu'il y était entré, jamais il n'en était sorti. Il m'avait absolument tout apporté. Les problèmes, la tristesse, mais surtout, le bonheur. Et j'étais fière de ce que mon homme était devenu. Assit face à face, nous discutions des enfants et il me demandait ce que je comptais faire les jours à venir niveau travail. La cuisine française était délicieuse et pas mal différente de la notre. En croisant ses yeux, je remarquais une nouvelle fois son air préoccupé. Cela faisait plusieurs jours qu'il lui arrivait d'être totalement plongeait dans ses pensées. Pas comme si il était dans la lune, c'était différent. Pour une fois, je m'étais retenue de lui demander ce qui le tracassait. Jusque là, je lui avais laissé le choix de me le dire de sa propre initiative, mais de nature trop curieuse, je ne pouvais pas me retenir plus longtemps. Je finis ma bouchée, posais mes couverts, et attendis d'avoir son attention.

'' Qu'est ce qui ne va pas mon amour? ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Lun 5 Mar - 22:08

Morgan dormait profondément. Il avait un sommeil lourd depuis quelques temps, malgré tout ce qui s’était passé ces dernières années. C’était parce qu’il avait une femme merveilleuse qui lui tenait compagnie, et qu’il pouvait enlacer ou réchauffer, peu importe l’heure de la nuit. Il détestait dormir sans elle, même si elle ne le savait probablement pas. Il dormait toujours mal, dans ces cas-là. Il la sentit se dégager doucement de ses bras, il ne chercha même pas à regarder l’heure, il savait qu’il était tôt. Ils étaient du matin tous les deux, mais Hilary était souvent pire que lui. Parfois, il devait la maintenir de force pour qu’elle reste dix minutes de plus, au risque de la rendre de mauvaise humeur. Ce matin, il la laissa s’échapper sans faire d’histoires, il était encore trop prit dans le sommeil, mais il la rejoignit dans la salle de bain dix minutes plus tard. Lui qui pensait pouvoir la rejoindre, elle était déjà en serviette. Grognant, il alluma l’eau et tenta de lui parler alors qu’elle faisait déjà des allés et venus jusqu’au dressing.

" Chérie, on peut manger ensemble ce midi ?... Hil ! Quoi ? Oui oui, la jupe noire. Non mais je disais que… A midi, on pourrait… J’ai couché avec ton assistante hier soir, elle avait… Quoi ?? Tu pourrais écouter ce que je dis Hil hein ! Mais oui la jupe noire !! Rhooo… "


Essayer de capter son attention ce matin semblait impossible, même en racontant n’importe quoi. Il sortit de la douche, et une serviette autour de la taille, alla lui aussi jusqu’au dressing pour tenter de trouver sa femme. Elle était déjà dans la cuisine à s’affaire autour du petit déjeuner. Il s’habilla rapidement, simplement, car il n’avait rien de particulier aujourd’hui, pour une fois, pour rejoindre Hilary qui allait s’enfuir avec sa tartine à peine prête. Il la lui prit des mains, ignorant ses protestations.

" Je voudrais parler à ma femme, s’il vous plaît. Bon, chérie, j’aimerais qu’on discute de quelque chose, et… quoi ?? Tu as tâché ta jupe noire… mais comment ça c’est à cause de moi ?? Hil’, non mais attends, je voulais te dire que… rhooooooo ! "

Il mangea la tartine pendant qu’elle s’agitait en pestant, cherchant autre chose à se mettre. Il décida alors de lui écrire un mot, oui c’était plutôt nul d’en arriver là mais c’était le seul moyen. ‘Midi, ton mari vient te chercher pour manger. Il veut discuter, pas de retard !’. Il lui glissa dans la poche au moment où elle enfilait son manteau, l’esprit déjà ailleurs, dans l’une de ses créations sûrement, ils s’embrassèrent, et elle partit en transplanant.

C’est en préparant le petit déjeuner pour Mackenzie, la voyant arriver l’air encore tout endormi, qu’il se surprit à repenser à Paris…

***

C’était son idée, il avait voulu fêter leurs sept ans de mariage dignement. 14 ans de vie commune… Morgan s’en étonnait souvent, se disant qu’il avait eu la chance inestimable de rencontrer la femme de sa vie dès Poudlard. Et quelle femme ! Il n’en existait pas deux comme elle, il en était persuadé. Grâce à elle, à Raf’, Mack’, Jessie, il était un homme meilleur. Mais quelque chose allait peut-être troubler leur tranquillité. En fait, c’était même sûr, et c’était bien pour ça qu’il hésitait. Il ne pouvait pas prendre cette décision seul, c’était bien trop important. Et comme dit, il ne serait pas le seul concerné dans l’histoire.

Ils déjeunaient au sommet de la tour Eiffel, Hilary était aux anges, lui aussi. Ils avaient passé plusieurs jours dans l’insouciance totale, plus amoureux que jamais. Et ce n’était pas un rêve. Alors quand placer le sujet ? Il ne voulait pas gâcher la fête. Mais il allait devoir prendre une décision dès son retour à Londres.


'' Qu'est ce qui ne va pas mon amour? ''

Il leva les yeux sur elle, lui sourit. Elle avait patienté longtemps avant de lui demander, c’était pas si courant. Hilary avait dû sentir que c’était important.

" C’est un truc au travail. Je ne voulais pas t’embêter avec ça… Mais je crains devoir le faire quand même. "

Morgan attendit que le serveur termine des les débarrasser, et que la commande des desserts fut terminé pour continuer.

" Ils veulent faire des élections. Les moldus. Ça doit faire des mois qu’ils m’en parlent, mais je ne pensais pas qu’ils se décideraient vraiment. J’ai vite changé d’avis quand j’ai vu comment ça se passait dans les autres pays. A chaque duel, le candidat sorcier a perdu. Je ne voulais pas la même chose chez nous, mais la semaine dernière, j’ai revu McGore. Je crois qu’il a réussit à les convaincre de le choisir comme candidat. Il fallait voir comme il se pavanait, je crois bien qu’on ne va pas avoir le choix, il va falloir qu’on se trouve un candidat. "

Il laissa sa femme digérer toutes ces informations, même si évidemment, tout le monde avait conscience des élections dans les autres pays, on espérait toujours que ça n’arrive pas chez soi. Car le résultat semblait fait d’avance. Et les disparitions, les meurtres, toujours plus nombreux. Les desserts arrivèrent, mais il n’y toucha pas. L’irlandais regardait sa femme, qui n’avait pas l’air de se douter de ce qu’il allait dire. Il posa sa main sur la sienne, et aussitôt ses yeux se firent inquiets.

" Je me disais… qu’est-ce que tu dirais, si… si c’était moi, qui me présentait, face à McGore ? "

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Jeu 8 Mar - 21:38

J'écoutais Morgan me parler des élections. Ces fameuses élections de sénateur qui divisaient le peuple en deux, moldus et sorciers. Et bien sûr, chaque fois, les moldus, les ''contre la magie'', gagnaient. J'en avais récemment entendu parlé en France ou même au Canada. Tous les pays s'y m'étaient. Je ne pensais pas que cela arriverait en Angleterre, ou plutôt, je le redoutais. Mais d'après mon cher mari, ce n'était plus une vague idée. Elle se concrétisait de jour en jour, et ce McGore était apparemment en de bonnes voies pour remporter haut la main. Surtout qu'il n'avait aucun adversaire en liste. On ne savait pas exactement comment toute cette histoire était partie. Sûrement un assemblement de différentes choses plus ou moins inquiétantes. Disparitions en haussent, de plus en plus de meurtres, et particulièrement, une totale ignorance envers ce que nous, nous étions. Les moldus ne comprenaient pas, ne connaissaient pas ce qu'était la magie. Et cela leur faisait peur. Tout simplement. Je ne comprenais pas où est-ce que mon amour voulait en venir. Et de quel changement d'avis me parlait-il? Dès que je sentis sa main se poser sur la mienne, j'y entrelaçais instinctivement mes doigts. Il voulait se présenter au poste de sénateur et me demandait mon opinion.

'' Morgan.. Tu es sûr que c'est ce que tu veux? Je veux dire, une fois que tu te seras engagé la-dedans, tu ne pourras plus faire demi-tour.. ''

Je pensais en particulier à lui, qui n'était pas un grand appréciateur des photographes et des journalistes, même s'il était bien obligé de les côtoyer. Avec mon job, le sien, il est difficile d'en passer outre. Il se lançait dans une campagne qui allait forcément tout y impliquer. En partie la famille. Par rapport à moi, ca ne me dérangeait pas. J'avais l'habitude depuis longtemps de toute cette publicité. Au niveau des enfants par contre, cela m'était un peu plus contraignant.. Je n'aimais pas qu'ils soient mêlés à nos métiers. Morgan non plus d'ailleurs et je me doutais que ce devait être l'une des raisons pour qu'il me demande mon avis. Bien sûr, c'était normal. Dès qu'il allait annoncer sa candidature, notre quotidien allait une nouvelle fois changer de bord. Je me doutais qu'on pourrait être les cibles de potentielles menaces de la part de ces moldus, et nous devrons redoubler de sécurité. Cependant, il était à mes yeux la personne la mieux placée pour se présenter au vu de son travail présent, chargé des relations entre sorciers et moldus. Lui qui m'avait soutenu depuis le début dans ce que j'aimais, la mode, lui qui avait cru en moi, je lui devais bien cela. Faire tout ce qu'il avait pu faire pour moi. Lui retirer ses craintes, l'aider de mon mieux, le suivre dans ses choix, aussi important et surprenant qu'ils puissent être. Il avait évolué depuis ces nombreuses années ; notre couple avait évolué. Les conflits étaient derrières nous, nos erreurs étaient oubliés, et la raison retrouvée. Je lui faisais aujourd'hui plus confiance que jamais, et s'il estimait bon, même si ce n'était pour l'instant qu'une idée, de se mettre sur le chemin de ce McGore, je serais là à ses cotés. Je lui adressais un sourire aimant et rassurant, qui dévoilait avant mes mots ce que j'allais dire.

'' Écoutes mon chéri.. Quoi que tu décides à ce sujet-ci, je suis avec toi à cent pour cent. Ne te préoccupes pas de moi et des enfants, je m'en charge. Fais ce dont tu as envie. ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Ven 16 Mar - 12:58

'' Morgan.. Tu es sûr que c'est ce que tu veux? Je veux dire, une fois que tu te seras engagé la-dedans, tu ne pourras plus faire demi-tour.. ''

Il resserra ses doigts autour des siens, comme elle l’avait fait la seconde d’avant. Ces derniers jours, il avait vraiment eu le temps d’y réfléchir. Malgré son poste au ministère, Morgan n’était sûrement pas le candidat idéal pour représenter les sorciers. Beaucoup le détestait, voir le haïssait, pour son passé de chasseur, et il ne pouvait les en blâmer, malgré certains qui avaient aussi basculé de ce côté, mais qui ne s’était jamais révélé. Son retour dans les affaires des sorciers avait déjà à l’époque, soulevé plusieurs protestations. Il avait dû supporter dans le silence, plusieurs mois de suspicions, et de plaintes directes pour qu’il démissionne. S’il n’avait pas eu la prise de position du ministre de la magie en personne en sa faveur, il aurait sûrement dû quitter son poste.

Le ministre de la magie… cet homme énigmatique, qu’il avait du mal à supporter. Pourquoi ? Morgan ne savait pas vraiment, mais cette impression d’avoir toujours deux longueurs d’avance sur vous était hautement agaçante. Malgré tout, il lui devait sa place. C’était bien trop à son goût, mais c’était ainsi.


" C’est un choix difficile, oui. Et ça va engager la famille… les moldus, ils vont vouloir venir dans ma vie… dans nos vies… "

L’irlandais avait peur. Il plongea ses yeux dans ceux de sa femme, y cherchant de la force. L’idée était folle. Lui candidat ? Il avait pourtant la conviction qu’il devait le faire, qu’il avait une chance d’y parvenir. Il connaissait les deux côtés de la magie après tout. Il connaissait les nuances, il connaissait les erreurs et les préjugés à ne plus faire. Il avait l’expérience, et face à McGore, ça ne pouvait être qu’un atout. Son ancêtre le plus illustre s’était battu pour les droits des sorciers. Pourquoi ne pourrait-il pas faire pareil, surtout dans cette situation si catastrophique ? Il avait depuis toujours, voulu montrer un autre côté des O’Connells, même si la guerre le lui avait fait oublier. Il n’était pas son père, ni son père avant lui. Jessie et lui étaient différents d’eux. Elliot avait été différent. Et Rafael le serait aussi. Mackenzie les illuminerait surement tous, lorsqu’elle sera grande. Le monde avait changé, et la famille aussi.

'' Écoutes mon chéri.. Quoi que tu décides à ce sujet-ci, je suis avec toi à cent pour cent. Ne te préoccupes pas de moi et des enfants, je m'en charge. Fais ce dont tu as envie. ''

Il ne s’attendit pas à un soutient si direct. Mais le fait qu’elle lui fasse confiance aussi vite, le toucha profondément. Ils se connaissaient tellement biens. Ils avaient vécus tant de choses… Il lui embrassa tendrement le dos de la main, conscient d’avoir une personne précieuse en face de lui.

" Ne pas me préoccuper de toi et des enfants risque d’être difficile ma chérie… Vous êtes vraiment tout pour moi, tu sais. Je… Je vous aime tellement. Il faut de toute façon que notre cher ministre de la magie donne son accord. L’idée risque de ne pas aboutir, alors… profitons de notre séjour comme avant, d’accord ?"

Ils terminèrent le dessert, l’esprit plus préoccupé, mais il n’était pas question de gâcher le dernier jour à Paris. Ils passèrent l’après midi sur les bords de la Seine, comme deux amoureux dans leur bulle.

***

Midi. Comme prévu, Morgan vint chercher sa femme sur son lieu de travail. Il espéra qu’elle ait bien lue son papier. Il se demanda ce qu’elle avait pu en penser. Mon mari doit m’écrire pour me parler ? L’idée était justement de lui parler de ce genre de chose. Hilary aimait trop son travail, et jusqu’à présent, elle avait su jongler correctement entre ça et sa famille. Mais en ce moment, Morgan avait lui aussi pas mal de travail, et il en aurait sûrement plus encore dans les prochains jours. Mack’ s’était plaint de ne pas les voir souvent, il fallait faire quelque chose. Lorsqu’il la vit descendre les escaliers, il croisa son regard et afficha un air quelque peu moqueur.


" Alors tu as bien reçu mon courrier mmh ? Une chance qu’il ne s’est pas perdu, ou alors Monsieur O’Connell aurait du manger tout seul… "

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Sam 17 Mar - 16:46

Plus je pensais à tout ce que j'avais à faire, et plus je m'activais. Morgan aurait bien apprécié que je prenne mon temps sous la douche, mais du temps, je n'avais vraiment pas l'impression d'en avoir.. Je lui laissais la place dans la salle de bain tandis que j'allais me chercher une tenue dans le dressing. Je l'entendais vaguement me parler mais je ne l'écoutais pas, l'esprit déjà trop ailleurs. Suivant ses conseils, je me vêtis d'une jupe noir accompagné d'un chemisier : accoutrement le plus basique au monde pour aller travailler, et le plus simple à porter aussi. Je me faufilais dans la cuisine en faisant le moins de bruit possible, préférant éviter de réveiller les enfants. Je me fis une tartine rapide qui me servait de petit déjeuner. J'avais pas mal faim à vrai dire, mais pour le moment, ca suffira bien. Je prendrais sans doute un café plus tard de toute façon.. Je remarquais la présence de Morgan dans la cuisine seulement lorsqu'il me prit des mains ma tartine.

'' Ah non Morgan, tu vas pas commencer à me piquer mon mangé! Tiens, tu vois ce qui arrive avec tes gamineries? Faut que je trouve de nouveaux fringues maintenant!''

Je retournais dans mon dressing, et tomba face à une de mes créations que je n'avais pas porté depuis longtemps. J'enfilais alors la robe, me trouva d'autres chaussures, transférais toutes mes affaires dans un autre sac, et me dirigeais vers l'entrée. Je m'arrêtais deux minutes dans la cuisine, voulant me refaire mon petit déjeuner mais il avait mangé la dernière tartine. Je piquais deux/trois brioches à Mackenzie, attrapais une tablette de chocolat, et glissais le tout dans mon sac. J'attrapais aussi des dossiers, allais enfiler ma veste, puis embrassait mon amour accompagné d'un ''Je t'aime'' avant de transplaner. J'atterris devant l'immeuble de mon entreprise, qui comme je m'y attendais, était vide de monde. Je cherchais mon pass dans les poches de ma veste, mais trouva à la place un petit mot de mon amour. ‘Midi, ton mari vient te chercher pour manger. Il veut discuter, pas de retard !’. Ca sonnait mauvais.. Prévoir de libérer le déjeuner, même si j'aurais peut être préféré lui échapper.. J'attrapais mon pass, et le passais dans la porte, faisant tout mettre en marche dans le bâtiment. J'allais m'installer derrière le bureau de l'accueille, allumais l'ordinateur, et déposais des dossiers à transférer à la compta, aux assurances, et aux agences de sécurités.

A 9h, la plupart des employés arrivaient. Dès que mon assistante débarqua, je lui passais la liste de toutes les choses qu'on devait absolument faire aujourd'hui. Voir où en est la pub, la préparation de la salle, choisir les mannequins qui défileront, trouver un sorcier ou un host qui s'y connait pour réaliser les sorts que je demande sans raté, demander à Morgan qui il veut au diner.. Y avait tellement de choses à penser que je ne savais plus où donner de la tête. J'avais passé toute la matinée avec mon assistante, à aller de bureau en bureau, d'un endroit à un autre.. Je ne m'étais arrêté qu'une fois pour acheter un café. Quand midi arriva, je laissais mon bras droit terminer ce qu'on faisait et prendre sa pause. Je descendis au hall où comme dit, il m'attendait. Bien évidemment, il était arrivé à l'heure, voir même en avance.. En venir au papier pour pouvoir communiquer ne me plaisait pas du tout, mais je savais que c'était de ma faute.. Je l'attirais alors à moi pour l'embrasser, et aussi pour tenter de me faire pardonner de ce matin..

'' C'aurait été triste que mon merveilleux mari se retrouve seul pour manger.. On va où? ''

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Sam 24 Mar - 14:05

Morgan se laissa faire sans broncher. En même temps, refuser un baiser d'Hilary lui était impossible, même, disons, un peu fâché. Et le compliment, il n'était pas dupe, elle tentait de se faire pardonner, voir de prendre la température. Se doutait-elle qu'il voulait lui parler sérieusement? Il lui prit la main et la dirigea vers la sortie.

" Que dirais-tu... d'un pique nique, dans le parc? J'ai trouvé un endroit, tout à l'heure. Sous un chêne. "

Il fit mine de ne pas du tout faire référence à ces moments, qu'ils avaient passé tous les deux, sous le grand chêne de Poudlard. Le soleil vint les éblouir, et il sourit en sentant les doigts d'Hilary se resserrer autour des siens. Elle semblait avoir saisi le sous entendu. Ils parcoururent les rues à pied, malgré les risques que ça engendrait. Quelque part, Merrow veillait, ainsi qu'un membre de l'ordre. Il aurait bien voulu que ce soit Phoe, mais monsieur était tout le temps occupé. Sûrement qu'il devait pas franchement apprécier de jouer son chaperon de temps en temps. Si encore ils pouvaient se parler dans ces moments là, mais non. Il ne fallait pas qu'il s'expose aux flashs et aux caméras. D'ailleurs en parlant du loup...

" Miss Williams! Miss Williams! Un mot sur votre prochain défilé? Y aura t-il de la magie? Est-ce que des stars en feront partie? Est-ce que..."

Plusieurs journalistes se précipitèrent sur eux, occultant Morgan comme s'il n'était vraiment rien à côté de Miss Williams, que toutes les célébrités s'arrachaient. C'est vrai, c'était pas comme si il faisait de la politique et qu'il risquait de crever tous les jours. Depuis qu'il avait perdu les élections, les moldus semblaient le bouder, et lui faire remarquer qu'il n'était plus que le mari d'Hilary, déjà connu des années avant lui. McGore dans la presse, n'hésitait pas à aller dans ce sens, lui aussi. Il se recula sous la pression, laissant sa femme gérer tous ces enfoirés. Il allait en cogner un sinon, surtout celui qui ne cessait de prendre des photos. Morgan, croisant les bras, affichant sa contrariété, dû attendre qu'elle ait répondu à toutes leurs questions. Le temps passait aussi vite que sa patience. Alors finalement, il explosa, même s'il ne devait pas le faire, surtout pas.

" Bon allez, du vent maintenant! Vous empiétez sur notre vie privée! Barrez-vous! "

" Monsieur O'Connell! Comment vivez-vous votre défaite? Avez vous parlé au sénateur McGore depuis? Comment les sorciers prennent cette défaite? Monsieur O'Co..."

" J'ai dis DU VENT! COUPEZ VOS PUTAINS DE CAMERAS "

" Votre fille se porte bien? "


A l'évocation de Mackenzie, le coup partit tout seul, et l'objectif vola en éclat, sous les yeux de tous, et surtout ceux des caméras et des appareils photos, qui n'en avaient pas perdu une miette. Le journaliste, très en colère de voir son matériel coûteux par terre, revint à la charge, mais cette fois, pour le frapper lui. Au passage, il ne tarda pas à proférer des menaces...

" LA LINCOLN VA VENIR ET TE BUTER, SORCIER! SALAUD! "

Il savait que le mal était fait, alors un coup de plus ou de moins, franchement, vu la tension qu'il y avait... Heureusement, Hilary choisit ce moment pour les faire transplaner. Ils disparurent sous les cris de la foule des medias, ces charognes. Morgan, les nerfs à vif, vit qu'ils étaient revenus à la maison. Le porte manteau vola dans le hall, ainsi que la table la plus proche, et il se mit à jurer et crier tellement fort, que les personnes présentes ne tardèrent pas à venir voir ce qui se passait. Lorsqu'il entendit le son de la TV, et qu'il se vit en flash spécial, sa colère se fit encore plus grande. Mack' regardait avec des yeux ronds.

" Maman, qu'est-ce qu'il a papa? T'as vu, t'es à la télé! "

Morgan regarda sa femme, furieux. Tout dans ses yeux sous entendait que c'était sa faute.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Dim 25 Mar - 22:01

Un pique-nique dans un parc, sous un chêne? Mmh oui, c'était plutôt tentant.. Et ce n'était pas sans rappeler les nombreux souvenirs du temps passé sous le grand chêne de Poudlard. Resserrant un peu sa main, je me laissais entraîner dans les rues ensoleillées. Il ne donnait pas l'impression d'être trop fâché pour l'instant, espérons que ca dure bien bien longtemps.. Même s'il viendrait un moment où nous devrons parler de moi et de mon boulot. Je ne savais pas qui, mais j'étais sûre qu'on nous surveillait. Morgan mobilisait à chaque fois une ou deux personnes pour guetter nos arrières d'un quelconque danger lorsque l'on marcher ainsi à la vue de tous. Un homme, un journaliste, apparut alors soudainement devant nous, sortit comme d'habitude de nul part.

" Miss Williams! Miss Williams! Un mot sur votre prochain défilé? Y aura t-il de la magie? Est-ce que des stars en feront partie? Est-ce que... "

Quelques secondes après, il ne tarda pas à avoir une dizaine de photographes et journalistes qui nous entourèrent. Toute l'attention adressée à mon égard. Je sentis la main de mon mari me lâcher, et d'un coup d'oeil, le vis s'éloigner un peu de toute cette foule. Je me sentais mal vis à vis de lui, qui avait prévu un déjeuner tranquille dans l'espoir d'éviter ces gens insupportables. Je les côtoyais depuis plusieurs années déjà, et m'étais habituée à leur présence quotidienne et envahissante. Ils ne se gênaient pas pour s'immiscer dans vos vies et raconter des conneries. J'avais vite appris à les connaître, à connaître leur façon de faire. Mais Morgan ne s'y ferait sans doute jamais, à eux. Il les détestait au plus haut point, j'en étais convaincue. Durant sa période de campagne, il avait fait semblant de les apprécier un minimum. Il se devait de faire bonne image pour pouvoir récolter un maximum de voix. Maintenant que les élections étaient finies et perdues, ces gens ne faisaient que l'énerver encore et encore. Dans ce flot de questions qui m'étaient posées, les mêmes revenaient toujours au final, chaque fois formulées d'une manière différente.

'' Venez et vous aurez toutes vos réponses. Il me semble avoir fait pas mal de publicité pour ce défilé, et il me semble aussi y avoir dit que la magie en était le thème. Avant de poser des questions tout à fait inutiles, renseignez-vous. Ce sera une première, alors bien sûr qu'il y aura des célébrités. Et je.. ''

" Bon allez, du vent maintenant! Vous empiétez sur notre vie privée! Barrez-vous! "

Morgan. Pourquoi diable a-t-il fallut que tu t'interposes!? Forcément, un journaliste alla à l'inverse de ses dire. Il commença à lui poser des questions quant aux événement face à sa défaite, et ce n'était pas un sujet que Morgan comptait aborder à cet instant présent. Quel tact il pouvait avoir! Puis le journaliste parla de Mackenzie. Dès qu'on me posait des questions sur notre famille, ma vie privée, j'arrêtais immédiatement de répondre aux questions. Mon amour avait une manière plus.. Radicale de clore les choses. Il envoya valser le matériel coûteux de l'opportuniste, bien énervé par ce geste. Je me dépêchais alors d'attraper les mains de mon mari, nous faisant transplaner avant que le coup n'arrive. Les gens étaient au courant de mon statut de sorcière en pleine possession de sa magie. Je ne cherchais pas à le cacher, même si cela n'était pas particulièrement recommandé. Dès que nous atterrîmes au manoir, je m'éloignais de Morgan, le laissant exploser toute sa colère. Je m'appuyais dos contre le mur, sachant pertinemment qu'il était inutile de tenter quoi que ce soit pour le calmer dans ces moments là. Mackenzie arriva, le regardant surprise. A balancer le porte manteau et la table à coté, tout cela en jurant, il n'était pas passé inaperçu dans la maison..

" Maman, qu'est-ce qu'il a papa? T'as vu, t'es à la télé! "

'' Ma chérie, vas éteindre la télévision s'il te plaît. Papa n'est pas de très bonne humeur.. ''

L'embrassant sur la joue, je me redressais sous le regard furieux de mon mari.

'' Ne me regarde pas comme ca. Ce n'est pas moi qui ai pété les plombs. Une minute de patience en plus et on aurait été tranquille. ''

Je sentais bien qu'il s'apprêtait à m'incendier pour x raison. Ca faisait longtemps que ce n'était pas arrivé tien.. Pourtant, mis à part ce petit embêtement qui n'était en aucun cas de ma faute, je ne voyais pas quel sujet il voudrait aborder. Peut être mon travail? Dernièrement, j'y avais accordé la plupart de mon temps.. En tout cas, je n'avais aucune envie d'avoir une dispute face à nos enfants. Mackenzie revenait tranquillement du salon ; Rafael venait d'apparaître au bout du couloir.

'' Viens Morgan, on va dans ton bureau. Et si ca ne te va pas, c'est la même. ''

Ma puce eu l'air déçut soudain, me faisant sourire face à sa petite bouille toute mignonne. Je lui souris, dis d'aller rejoindre son frère et que nous allons revenir. En partant, je lui glissais un je t'aime à l'oreille, lui ébouriffant les cheveux. Il me semblait important de dire des mots doux comme cela, de temps à autre..

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Mar 10 Avr - 21:25

Il y avait des jours où rien n'allait, et ce dès le réveil. Et aujourd'hui s'en était un. Morgan fut tenté un instant d'aller bouder dans son coin et de laisser tomber l'idée de parler à Hilary. Elle ne semblait pas comprendre la gravité de la situation et en plus son plan avait tourné court à cause des journalistes, qui, semblait-il, n'agaçait que lui.

" Ah parce que c'est moi qui aurait dû attendre?! Tu n'aurais même pas dû commencer leur petit jeu des questions! J'en ai ma claque de ces moldus! J'en ai ma claque de beaucoup d'autres choses d'ailleurs! "

'' Viens Morgan, on va dans ton bureau. Et si ca ne te va pas, c'est la même. ''


Il croisa les petits yeux de Mackenzie et les sourcils levés de Rafael, plus loin dans le couloir. Il n'avait vraiment pas prévu une dispute. Il resta immobile, observant sa femme passer devant lui, le visage fermé. Elle avait parfois tendance à oublier qu'il avait 32 ans et qu'il détestait qu'on lui dise quoi faire. Pour la première fois depuis longtemps, il fut tenté de se boire une bonne bouteille de whisky. Il se crispa rien qu'à l'idée. Il sentit une petite main chercher ses doigts, ôtant immédiatement la petite voix dans sa tête qui lui soufflait de se prendre juste un petit verre rien que pour calmer ses nerfs. Il posa les yeux sur sa fille, un petit sourire franchit ses lèvres, pour rassurer la petite. Elle était très sensible à l'humeur des membres de sa famille, c'était comme si elle le ressentait elle aussi. Il la laissa lui faire un câlin d'encouragement, il l'embrassa sur la joue, avant d'embrayer le pas à Hilary qui attendait dans le bureau.

Il n'était plus autant fâché, mais il avait conscience que les prochaines minutes ne seraient pas des plus agréables. Le travail d'Hil' faisait partie des sujets sensibles qu'il valait mieux éviter. Et en parler maintenant qu'ils étaient tous les deux sur les nerfs, mauvaise idée. Morgan referma la porte, prenant son temps pour ne pas affronter le regard inquisiteur de sa femme.


" Écoute, je sais que tu n'y peux rien. Ils sont là, faut faire avec, mais il y a des jours où j'y arrive plus que d'autres. En plus, ils m'aiment pas. Ils m'insultent, ils insultent mon sang, mon sang de sorcier! Toi, je ne sais pas, c'est différent. Tu sais leur parler, et leur faire entendre ce qu'ils veulent. Les moldus t'aiment... dans un sens ça me rassure. La Lincoln y réfléchit à deux fois je suppose. "

Il s'adossa à la porte, maugréant deux trois choses encore. Il sentait son stress redescendre, et en fait, s'il s'était emporté à ce point c'était bien parce qu'il avait peur des mouvements de foules et des flashs qui vous empêchaient de voir le danger. N'importe qui se réclamait de la Lincoln, n'importe quel détraqué pouvait un jour les assassiner en pleine rue. Son regard s'attarda sur les dossiers empilés sur le bureau. Combien de disparus depuis qu'il travaillait de nouveau au ministère? Combien de cas non résolu? Dans deux jours, il devait rencontrer Seth pour discuter à propos du nouveau sénateur. Il avait du mal à croire qu'il puisse changer d'avis sur les sorciers, vu ses récentes déclarations et surtout, ses récentes décisions. L'irlandais capta le mouvement de sa femme vers lui, il n'en fallut pas plus pour qu'il la prenne dans ses bras. Adouci, il reprit:

" Je voulais te parler. C'était censé se passer sous un chêne mais tant pis. C'est ton travail. Hil', chérie, je sais à quel point c'est important, surtout le défilé que tu prépares en ce moment. Tu crois que je ne vois pas que tu fais tout ça pour essayer de m'aider? Mais si ça doit me coûter ma femme... Et puis, ne crois pas que je sois le seul à me plaindre. Mack' réclame sa mère, et ça aussi, je sais que tu y es sensible. Alors... Quand ce sera passé, je voudrais que tu essayes d'en faire moins. "

Il tenta de mettre son air sérieux et autoritaire de côté (défaut de famille), et à la place il lui fit des petits yeux suppliants, histoire de mettre le plus de chances de son côté.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Sam 28 Avr - 15:54

Comment voulez vous rester fâché contre lui quand il est comme ca ? Tu peux pas. Moi en tout cas, je ne peux pas. Il aurait continué comme il était parti, j'en aurais eu des choses à lui balancer à la figure, ca je peux vous l'assurer, j'en ai toujours eu dans ces cas la. Il avait peur pour moi, pour notre famille. Peur des gestes que pourrait faire la Lincoln ou un de ces fous qui sont de leur coté envers nous. Les journalistes, il les avait toujours détesté. Et je le comprenais bien, ils sont vraiment très mais alors très lourd quand ils s'y mettent. Je crois que durant tout le temps de la campagne, il a épuisé tout son stock de patience en eux. Maintenant, il ne s'en préoccupe plus. Au moins, leurs sentiments sont réciproques.. De mon coté, je tentais de faire remonter un peu son image. La mienne était déjà construite depuis longtemps, et comme il venait de le dire, j'étais plutôt appréciée par les moldus. Ce qui était tant mieux vu comment il pouvait se retrouver haït parfois.. Je ne m'étais pas embêter à cacher ma magie, à déclarer être une sorcière en pleine possession de ce qui me définissait. Le plus étonnant fut que la majorité de mes relations avec les autres sont restées inchangées. Certes, cela a eu son petit mouvement de foule, mais les gens y ont vite pris l'habitude et puis, je sais pas, quelque chose devait leur inspirer confiance.. Alors la Lincoln ne m'effrayait pas tant que ca vis à vis de moi même, mais vis à vis de ma petite famille, de mes proches, j'avais tendance à m'inquiéter bien plus.

Morgan n'aime tout simplement pas la foule. Il n'aime pas avoir l'impossibilité de surveiller de lui même les alentours, il n'aime pas ne pas savoir où nous nous trouvons, il n'aime pas quand je pars trop loin en déplacement, il n'aime pas ne pas arriver à me joindre, et moi, je l'aime de tout mon être. Je tentais de me rapprocher de lui, voulais le rassurer, et à peine j'avais fais un geste dans sa direction qu'il me prit dans ses bras. Peu importe ce que les gens pensent, disent, ils ne le connaissent pas comme moi je le connais. Cet homme la est un amour. Mon amour. Inutile de préciser que là, ainsi enlacer contre lui, j'étais complètement attendrie.. Je l'écoutais me parler, aborder le sujet qu'il voulait aborder depuis déjà quelque temps : mon travail. Je savais bien que je bossais trop. Mais c'était avec eux ma principale préoccupation. Et surtout en ce moment, où ce que je faisais concernait plus que de simples vêtements. Ca me faisait plaisir qu'il remarque que je faisais tout ca en parti pour lui, mais quand il me fit par des impressions de Mackenzie.. Ca me brisait le coeur, tout simplement. Est-il possible qu'après huit ans, les hormones fassent encore effet ?? Je voulais pas devenir comme mes parents, comme ma mère, qui n'ont jamais été là pour moi et qui n'ont rien fait pour que ca change. Il savait trop bien choisir les arguments pour me convaincre. C'était.. c'était chiant oui, on pouvait le dire. Et si en plus il se mettait à me faire ses petits yeux suppliants..! Je détournais le regard, et ne pu m'empêcher de sourire. Je savais bien qu'il fallait que je ralentisse un peu la cadence, que si ca n'avait pas été là, cette discussion aurait bien fini par tomber un jour.. Après quelques instant, je me décidais à le regarder de nouveau et à lui répondre.

« Je vais mettre le pied sur le frein. Je n'aurais qu'à essayer de me détacher un peu plus de mon job, de donner plus de travail aux autres.. Je t'assure que je vais faire de mon mieux. Tu sais bien que je veux être présente pour elle, pour Rafael et puis pour toi. Tu le sais ca, hein ? Je t'aime. »

Je l'embrassais, sans la moindre envie de me détacher de ses lèvres. On avait toujours été assez franc l'un envers l'autre. Je pourrais toujours compter sur lui. Dans n'importe quelle situation. Il me manquait quand je ne le voyais pas de la journée. J'avais beau bosser comme une malade, axer toutes mes pensées sur mon travail, il y avait toujours dans ces moment là un petit quelque chose qui me faisait penser aux enfants, mais en particulier à lui.. Je m'éloignais un peu de Morgan, regardaist l'heure sur ma montre, puis souris.

« Il me reste une heure, voir plus si il faut. On peut toujours aller manger sous le chêne ou je ne sais où si tu le souhaites ? Ou alors, on passe chez moi ? J'ai des dossiers à déposer, et puis le manoir doit sûrement être vide, sans enfants ni parents, si tu vois ce que je veux dire.. »

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Jeu 3 Mai - 13:04

Elle souriait. Et ça n’avait pas de prix. Morgan vit que le message était passé, et c’était en partie grâce à ses petits yeux mignons. Une technique a réutiliser, en cas de tension avec sa femme, ou même avec des journalistes ? S’imaginer faire le coup à la presse le fit sourire. Non, tout de même, il avait sa fierté. Hilary eut les bons mots pour qu’il n’insiste pas. De toute façon, il veillerait à ce qu’elle respecte ses engagements, c’était trop important pour laisser passer un jour de plus. Étant le plus âgé des deux, il fallait bien qu’il tienne le rôle de rabat joie de temps en temps. Ils partagèrent un baiser d’amour, réconciliés.

Ce n’était pas le moment de se diviser. Faire l’amour et pas la guerre, Morgan était on ne peut plus d’accord avec ce proverbe en cet instant. Sa femme semblait partager sa pensée, car le second baiser devint plus sensuel. Il ne se lasserait jamais de l’embrasser. Il ne se lasserait jamais de lui dire qu’il l’aimait, que ce soit niais ou pas, elle le connaissait de toute façon sous un jour que personne ne voyait. L’O’connell tendre, abruti, niais. Fragile aussi, et ce n’était plus quelque chose qu’il voulait lui cacher, pas depuis sa cure et tout ce qu’il avait pu faire en tant que chasseur.


« Il me reste une heure, voir plus si il faut. On peut toujours aller manger sous le chêne ou je ne sais où si tu le souhaites ? Ou alors, on passe chez moi ? J'ai des dossiers à déposer, et puis le manoir doit sûrement être vide, sans enfants ni parents, si tu vois ce que je veux dire..

- Je vois très bien ce que tu veux dire… Va pour chez toi, je n’ai plus très envie de tenter une excursion dans le parc. Mais d’abord… Mackenzie. »


L’air malicieux, il se décolla de sa femme qui le regardait en fronçant les sourcils. L’irlandais ouvrit la porte brusquement, leur fille tomba aux pieds de son père. La petite espionne avait la mine toute déconfite. Et en plus elle râlait après Morgan parce qu’il l’avait fait tomber. Plus loin dans le couloir, il entendit la voix de Raf’ pouffé. Nul doute qu’il l’avait encouragé à écouter à la porte, et curieuse comme elle était, il ne lui en avait pas fallu beaucoup plus pour jouer à la fouine. Il se mit à pester après son garçon, lui disant qu’il était un mauvais grand’frère, laissant Hilary gronder la petite à sa place. Oui, Morgan était faible face à sa fille chérie, et la gronder n’était en général qu’une phrase de remontrance avant de craquer complètement face aux grosses larmes qui noyaient ses joues. Sa mère était moins dupe à son cinéma.

Il dit tout de même, alors qu’elle passait devant lui en reniflant :


« Tu sais ce qu’on fait aux enfants trop curieux ? On les suspend par les oreilles pendant deux jours, sans boire ni manger. Et ensuite on les cou… »

Mack’ se plaqua ses petites mains sur ses oreilles avant de détaler en criant, l’empêchant de terminer sa phrase. Morgan rit, mais Hilary ne semblait pas très contente.

« Ben quoi ? Tu sais ce que me faisait mon père quand je faisais une bêtise ? Même si ça n’est quasiment jamais arrivé, je tiens à le préciser… »

Évidemment, son père n’était pas un exemple en matière de punition, et il choisit de ne pas s’étaler dessus. Jessie en avait le plus fait les frais que lui faut dire. Ils descendirent les marches jusque dans le hall, et Hilary appela son elfe. Qui ne vint pas. Morgan lança une plaisanterie de très mauvais goût, suggérant qu’elle avait peut-être perdu ses pouvoirs à nouveau. Ca ne l’empêcha d’en rire, tout seul, mais d’en rire quand même. Il enfila sa veste, et après trois tentatives ratées, il proposa que Merrow les emmène, content pour une fois, depuis bien longtemps, d’offrir des services magiques à quelqu’un. Le bon vieux temps quoi. A ce moment là, il était loin de s'imaginer ce qui les attendait ensuite.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Mar 15 Mai - 20:38

Ma princesse jouait une nouvelle fois sa comédie. J'en avais pris l'habitude, et contrairement à Morgan, je ne marchais pas dans son cinéma. Les fausses larmes de crocodile de mon bout d'chou n'allaient pas m'attrister. Au bout de toutes ces années, je n'avais pas perdu ce don formidable que j'ai de repérer les mensonges. D'ailleurs, Rafael m'évitait beaucoup ces derniers temps ; une discussion serait peut être à envisager... Ces petits cancres réprimandaient pour leur curiosité, mon adorable mari ne se retint pas de raconter à Mackenzie d'horribles punitions qui la fit s'enfuir en criant. J'aurais été à coté de lui, je ne me serais pas gênée pour lui donner un bon coup de coude dans les cotes pour qu'il se taise. Sauf que je lui aurais à peine fait mal et qu'il était plus loin dans le couloir. Je me contentais donc de le fusiller du regard, et c'est comme s'il avait la nécessité dans rajouter une couche. Pas croyable celui la, pire qu'un gosse des fois... Je levais les yeux au ciel et allais récupérer mon sac pour que l'on parte chez moi.

Trois fois que je l'appelais et trois fois que mon elfe ne répondait pas. Et Morgan qui rigolait à coté, disant que j'avais pour une seconde fois perdu ma magie. N'importe quoi, il devait vraiment être en manque pour rire seul à ses idioties... Mes fichus parents devaient encore le monopoliser. On utilisa donc l'elfe de sa famille, maintenant le sien, pour se rendre à mon manoir. Ca avait l'air de lui faire plaisir qu'on utilise pour une fois le peu de magie que lui possédait... On atterri dans le grenier, autrefois ma chambre et aujourd'hui mon bureau. Je ne sais pas pourquoi, mais je m'y sentais bien. C'était très, très vaste et aussi sans risque de croiser mes parents. Je sortis les papiers de mon sacs et les répartissais sur plusieurs piles au sol. Oui, je n'avais pas de bureau. J'avais toujours fait sans ici, préférant avoir un immense espace vide remplit uniquement de mon travail et d'un vieux matelas me servant à la fois de fauteuil et de table de travail. En voyant les derniers points à ajuster à mes tenues, les créations que j'avais commencé pour une nouvelle collection ou pour des éditions limités, j'avais envie de me mettre à bosser. Même la tonne de paperasse qu'il me fallait remplir me tentait. Être un accroc au boulot devait être dans les gênes de ma famille...

Mais comme je l'avais promis, je devais accorder plus de temps à ma vie personnelle. Et puis dans l'immédiat, j'avais une toute autre chose à faire de plus importante, de plus plaisante... Je laissais ici mon sac, et me retournais vers Morgan qui attendait. Doucement, je me dirigeais vers lui sans un mot, le regardant simplement avec un sourire coquin aux lèvres. Je l'entrainais au rez de chaussé sans cesser de l'embrasser, de le caresser, de l'aimer. Trois pas dans le couloir et sa chemise était enlevé. Trois pas de plus et ma robe rencontrait le sol. Trois pas encore et nous nous retrouvions devant l'entrée du salon. Les yeux ouverts une brève seconde suffirent pour que tout s'arrête. J'éloignais un peu mon homme de mon corps à moitié nu, voulant m'assurer de ce que j'avais cru voir. Il ne comprenait pas mon geste, mais ca n'allait tarder. C'était un cauchemar. Affreux. Je tenais difficilement sur mes deux jambes, en état de choque. J'avais l'impression de ne plus pouvoir respirer, et ne faisais que chuchoter encore et encore le nom de mon mari. Ils étaient morts. Là, allongés sur le sol dans une mare de sang, se trouvaient mon père, ma mère, et mon elfe. Je n'avais jamais vu une telle scène. De mes propres yeux. D'habitude, on voit ca dans des films, à la télé. Pas en face de nous, juste devant nous. Depuis combien de temps étaient ils là ? Combien d'heures ? Combien de jours sans que nous ayons remarqué leur absence ? Ils n'étaient jamais présents de toute façon. N'avaient jamais rien fait pour moi. Ils m'avaient juste avancé de l'argent pour que je puisse monter ma propre entreprise, que je leur avais aujourd'hui remboursé en totalité depuis longtemps. Et ils ne m'avaient même pas félicité de ma réussite. Je ne leur devais rien, ils ne m'avaient rien apporté. Ni amour, ni argent, ni quoi que ce soit qu'un enfant ou une femme aurait besoin de la part de ses parents. Verser des larmes pour eux, c'était dire qu'ils allaient me manquer, que je les regretterais. Alors face à ce spectacle, je restais de marbre.

Il me fallut plusieurs minutes pour me rendre compte que Morgan me serrait dans ses bras. J'arrêtais de répéter son nom, de l'appeler et remarquais qu'il avait fait en sorte que je ne puisse pas voir le salon. Je me laissais aller contre lui, refusant de laisser filtrer une quelconque peine envers mes parents. Celui qui la méritait sans doute le plus était mon elfe. Lui qui avait toujours servi mes moindres volontés. Certes, c'était sa vie servir ceux à qui il était dévoué. Mais il me semblait plus proche que mes propres parents. Morgan m'emmena alors plus loin dans le couloir, abrité par les murs vides fenêtres. J'étais sûre qu'il s'inquiétait pour la Lincoln. Obligé qu'un coup comme celui là venait d'eux. Et si ca avait été nos bébés, j'aurais tués de mes mains ces gens. Je voyais les lèvres de mon amour bougées, mais je n'entendais rien. Pas un seul son. C'est comme si une barrière me coupait de la réalité, de ce qui se passait juste sous mes yeux, autour de moi. Comme si une bombe avait explosé, me rendant sourde et aveugle de chaque mouvement. Pourquoi faisaient-ils ca ? Pour me montrer que je n'étais pas intouchables ? Que je devais avoir peur d'eux ? Non. Je ne me rabaisserais pas à ca. Je ne céderais pas pour leur plus grand bonheur à la panique ou à la paranoïa.

« Je veux rentrer dans l'Ordre. »

Les premiers mots qui mirent fin à mon long silence. Calme, sans aucune émotion de ce je venais de voir, je lui lâchais ca, sans y avoir vraiment réfléchi. Pourtant, c'était exactement ce que je voulais. Et je ne comprenais d'ailleurs pas pourquoi je n'en avais pas fait le choix plus tôt. Peut être m'avait-il simplement fallu un élément déclencheur pour me réveiller. Je m'étais déjà engagée, j'avais déjà pris parti. Alors montrons leur donc qu'ils ne m'arrêteront pas comme ca.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Jeu 31 Mai - 19:59

XX

Voilà. La fin du rêve. La fin du nouveau départ, prit entre Morgan et Hilary, c’était maintenant. En tant qu’O’Connell, il savait que le bonheur ne durerait pas. Il avait toujours attendu le moment où à nouveau, les ombres passeraient sur lui, viendraient le mettre à l’épreuve, le tenter, éteindre cette flamme, que tous les autres avaient désespérément essayé de grandir toujours plus. Cette lumière, si fragile en lui. Parce que c’était toujours comme ça. C’était sans fin. Il en venait même à douter qu’après la mort, tout cela se termine. A l’idée, il eut un mince rictus désabusé.

D’instinct, il empêcha sa femme de voir plus longtemps la scène de mort de ses parents et de son elfe. Ses bras nus s’enroulèrent autour d’elle, comme un étau, et il inversa leur place. Il y avait longtemps maintenant qu’il pouvait la voir en face. La mort. Le sang. Les cadavres. Les relations entre lui et les Williams avaient toujours été cordiales, mais si distante. Jamais il ne s’était senti de la famille, et en fait, ils semblaient totalement étranger à ce concept, pourtant si cher aux O’Connells. Mais ils lui avaient donné Hilary. Et, tentant d’apaiser la jeune femme, la berçant doucement dans ses bras, il ressentit de la colère face à cet acte injuste. Un de plus à rajouter sur la liste, la longue liste de la Lincoln Corporation.

Le message était très clair. Le message était révoltant. Morgan ne tarda pas à sentir son sang maudit bouillir vivement dans ses veines. Mais il n’était pas encore le temps de la rage. Hilary était en état de choc. Elle ne cessait de murmurer son prénom, de répéter ce qu’elle avait vu, comme pour donner un sens à la situation. Il l’entraîna lentement vers le couloir, comme pour les couper tous les deux de la violente réalité qui s’offrait à leur vue. Il ramassa leurs vêtements, il avait des sueurs froides, et Hilary… fixait le sol.


« Chérie ? Hilary ? »

On aurait dit qu’il était invisible. Elle ne se rendit même pas compte qu’il lui avait remit sa robe, et qu’il réenfilait sa chemise. Il n’osait pas la laisser dans cet état pour vérifier que ses parents et l’elfe étaient bel et bien morts. Quoique, il était presque impossible d’en douter, vu le sang et… la position des corps. Il rappela Merrow, les yeux posés sur sa femme. Il était inquiet pour elle.

« Va dans le salon, et vérifie… qu’on ne peut plus rien faire. Ensuite… contacte l’Ordre.»

L’elfe s’inclina bien bas et disparut dans le salon. S’il prit peur, il ne le fit en tout cas pas savoir, il était aussi silencieux que possible. Morgan s’agenouilla ensuite devant Hilary, lui prit les mains, tenta de dire quelque chose. Il ne savait pas ce qui l’effrayait à ce point. Le fait qu’elle n’ait pas de réaction, de larmes, ou bien cet air, déterminé, qu’elle avait sur le visage. Il savait depuis toujours qu’elle avait des relations étranges avec ses parents. Des relations froides, sans amour. Mais on ne pouvait pas ne rien ressentir face à ce spectacle.

« Je veux rentrer dans l'Ordre. »

Oh. Non. Pas. Ca. L’irlandais se figea, ses yeux restèrent fixes quelques secondes, et sa respiration cessa. Avant de répondre, il tenta de réfléchir et de relativiser. C’était sous le coup de l’émotion. Elle était en colère, et c’était bien normal. Mais l’Ordre, non. Elle n’y pensait pas sérieusement. Elle ne pouvait pas y penser sérieusement !

« Tu… tu es bouleversée, c’est tout à fait compréhensible. On pensait tous, moi le premier, que tu n’étais pas dans leur ligne de mire, que… que ta popularité te protégeait. Lincoln est un salaud… il veut nous prouver que rien ne l’arrête et nous pousser à faire des erreurs, tu comprends ? Des décisions hâtives, des choix inconsidérés, c’est ce qu’il veut qu’on fasse… C’est ce qu’il veut que tu fasses. Il ne peut pas comprendre qu’on puisse t’aimer pour ce que tu es.»

Sans s’en rendre compte, il contre argumentait déjà contre ce qu’elle venait de lui dire, alors même qu’il refusait encore de croire que c’était vraiment ce qu’elle voulait. C’était hors de question. Elle était déjà en danger par sa faute à lui, alors augmenter les facteurs de risque ? Comme ça, en réaction à une chose affreuse ? Morgan ne la laisserait jamais faire ça.
[/b]

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hilary Williams
Lovely Wife | Kind Woman
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Lun 4 Juin - 19:50

Quand j'effleurais ma peau, je sentis sous ma main le léger satin de ma robe au lieu de mon corps. Morgan avait pris le temps de me la renfiler, sans que je ne vois ou perçois quoique ce soit. Rester en petite tenue devant ca, devant ce qu'il y avait eu, n'était assurément pas correct envers mes tendres et chaleureux parents maintenant aux cieux. Le tendre et chaleureux étant optionnel, et les cieux plutôt remplacés par les enfers... Morgan n'avait jamais vraiment compris la relation que j'entretenais avec les individus qui m'avaient donné la vie. Chez lui, la valeur de la famille était importante. Et l'amour qui y régnait n'était pas comme chez monsieur et madame tout le monde, mais il était bel et bien là. Il ne comprenait pas non plus pourquoi mon unique réaction fut mon étrange décision d'intégrer l'Ordre. Pourquoi aucunes larmes ne coulaient sur mes joues, aussi... A quoi bon quand on sait qu'à l'inverse, il n'y aurait pas eu la moindre petite preuve d'affection ou la moindre once de regret ? Eux ne sont pas ma famille. Je ne les définirais jamais comme tel. Ils sont juste des gens de passage dans ma vie, des personnes qui m'ont simplement éduqué par leurs erreurs, énormes. Ma famille a été celle de Morgan dès que je me suis amourachée de lui. Même s'il avait un père fou, une mère devenu toute aussi folle, et un petit frère tout à fait opposé, je les ai adopté. Ses parents disaient que notre relation ne pouvait pas durer, ne m'aimaient pas, mais peu importe. Je les appréciais, au fond. Ils voulaient le bonheur de leurs fils, se préoccupaient d'eux... Et aujourd'hui, j'ai ma propre famille, ma vraie. Avec mon mari, mes deux petits bonheurs et leur oncle Jessie.

Non Morgan, je ne suis pas bouleversée. Maintenant que j'ai pris le choque de face, que je sais ce que je veux. Que je sais que je n'aurais plus ces imbéciles dans ma vie... Je devrais pourtant, être bouleversée. Au moins par ce que j'ai vu. Ces trois corps inertes étalés au sol. Deux ayant un lien direct avec moi. Baignant dans une mare de sang, géante. Réel.
Oui mon amour, on pense tous que je ne suis pas dans leur ligne de mire. Et je le pense toujours. Moi directement, je n'y suis pas. Nos enfants et toi, vous êtes sur la balance je dirais. Jamais je ne les laisserais vous approcher cependant. Jamais je ne resterais sans bouger s'ils touchent à un seul de vos cheveux.
Je regardais dans ses yeux sombres, sûre de moi, sûre de ce que je pensais. Je pourrais déclencher une guerre pour vous. Les fous m'écouteront, et entraineront les plus sages... Mais ils se sont trompés sur une chose. L'assassinat de mes parents. Ça ne m'atteint pas. Ne me fait rien. Et ca, ils ne le savent pas.

« Ce n'est pas une décision hâtives, un choix inconsidéré. Tu le sais tout autant que moi. Tu ne veux juste pas te l'avouer. Tu crois qu'en temps normal, les gens décideraient cela ? Lincoln s'attendait à une réaction normale. Triste, emplit de colère à leur égard, et qui fait faire des bêtises à tout va. »

Je lui adressais un petit sourire. Là, dans l'immédiat, je ne pouvais faire que ca. J'avais pas la tête à convaincre pour l'instant. Pas l'envie. Il sait ce que je veux et il sait bien que je l'aurais. Maintenant, plus tard, mais il ne m'arrêtera pas. Pas suffisamment pour que je puisse renoncer. On allait en discuter, bientôt. C'était certain. Il ne veut pas me voir intégrer l'Ordre. Il a trop peur, s'inquiète trop pour moi. Son elfe arriva ; je supposais qu'il était officiellement le notre à présent, même s'il m'avait toujours servi quand j'en avais le besoin. Il venait annoncer que l'Ordre allait arriver dans les quelques secondes à suivre, et ils ne se firent pas attendre. Ils se mirent de suite à leurs tâches. Lesquelles sont-elle, je n'en ai aucune idée mais ils ne chômèrent pas. J'en connaissais aucun. Juste un, de visage, dont le nom était passé à la trappe de l'oubli. C'était un collègue à Morgan, ou une de ses relations, je ne sais pas. Il me demanda si ca allait, s'il pouvait me laisser seule juste quelques minutes et qu'il revenait très vite. Questions auxquelles j'acquiesçais évidemment. Alors je restais assise au sol, sans bouger, à fixer les gens qui allaient venaient sans vraiment les voir.

Ces monstres avaient tué deux Hommes pour m'atteindre. Deux personnes qui sont censées être chères à mes yeux. Qui est la prochaine sur leur liste ? Ou peut être les ? Qui sait ? Ça, ca me fait peur. Ça, ca me bouleverse. Je ne veux pas faire d'acte insensé, comme il a dit. Et m'attaquer directement à eux en serait un. Je veux prendre position maintenant. Définitivement. M'afficher, montrer le bon qu'à l'Ordre. J'en ai besoin pour ne pas déraper. Ce que j'ai fait jusqu'ici ne me suffit pas. Je sais que je peux leur apporter. Beaucoup.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


X
Pourquoi s'entêter à dire quelque chose, alors qu'au final, ne rien dire reviendrait au même ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgan O'Connell
Confused Man | Lost Childhood
avatar



MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥] Dim 10 Juin - 14:20

Morgan lisait dans les yeux de sa femme, une détermination qui lui faisait peur. Il détestait qu’on lui dise non, qu’on lui tienne tête. Il détestait qu’on lui dise qu’il avait tort. Il détestait que les gens qu’il aimait de tout son cœur se mettent en danger. Il savait ce que ça faisait de perdre quelqu’un qu’on aime. Il en avait déjà perdu bien assez du haut de ses trente deux ans. Souvent, il avait l’impression d’en avoir cinquante. Le poids des souvenirs, le poids du passé. Il avait apprit à l’oublier au côté de sa famille, des jeux des enfants, du rire de sa femme… Mais c’était toujours quelque part, dans sa tête, à attendre quelque chose pour vous le rappeler violemment. Ce quelque chose, c’était ça. C’était Hilary qui voulait se battre pour la cause qu’il défendait, parmi des centaines d’autre sorciers et hosts, mais qu’il ne pouvait pas accepter de voir prendre les mêmes risques que lui.

Elle était trop précieuse. Elle était la mère de ses enfants.


« Non… j’ai dis non, Hilary. C’est une bêtise. Tu fais déjà suffisamment, tu t’affiches déjà trop. Tu… écoute moi ! Je m’y opposerais t’entends ? »

Non, elle n’entendait pas. Elle ne voulait pas en parler maintenant. L’irlandais se retint, conscient que ce n’était pas le moment, et que peut-être, elle réaliserait son erreur plus tard, lorsqu’elle ne serait plus sous le choc. Au fond, il n’y croyait pas, mais dans l’immédiat, mieux valait faire semblant. Merrow revint, quelques membres de l’ordre suivirent. Ils croisèrent chacun son regard, mais détournèrent bien vite les yeux sous ses prunelles sombres. Il tourna la tête vers sa femme, sa chère Hilary… Il était tellement triste que ça lui arrive… Il se sentait responsable, comme à chaque fois que quelque chose touchait sa famille. Est-ce que son père ressentait-il la même chose, lorsqu'il était le chef de la famille O'Connell ? Le poids des responsabilités… était parfois si étouffant…

Il l’embrassa sur le front, et demanda s’il pouvait les rejoindre au salon. Il avait vu son collègue du ministère, il devait lui parler. Il retrouva ce dernier en train de vomir à côté de l’entrée. On ne pouvait pas lui en vouloir, ce n’était pas beau à voir.


« Il va me falloir des photographes, la télévision, et contacter le sénateur McGore. Tout de suite. Et transmets à Lupin, qu’il va falloir qu’on discute dans les plus brefs délais.
- Ou…ouais, d’accord. Je suis désolé, ta femme…
- Tout de suite. Et ramène ma femme au manoir. Empêche-la de parler à Ted. Reste au manoir jusqu’à ce que je revienne.»

Il resta planté là jusqu’à ce son collègue s’occupe d’Hilary. Elle lui jeta un regard, elle voulut ouvrir la bouche, mais il se détourna. Morgan et elle risquaient de traverser une nouvelle crise. Il l’aimait tellement… mais si le prix de sa vie était qu’elle le haïsse parce qu’il l’empêcherait de rejoindre l’Ordre, eh bien il était prêt à le payer. Il observa une dernière fois la scène du salon, ses beaux parents figés dans la mort, ainsi que l’elfe, mort en essayant de les protéger, sans aucun doute. Et l’espace d’une seconde, c’est lui qu’il vit allongé là, Hilary à ses côtés, et la petite Mackenzie prit la place de l’elfe. Des sueurs froides lui traversèrent le corps, il se détourna, le cœur au bord des lèvres.

Il sortit aussitôt du manoir Williams, juste à temps pour voir les premiers moldus arriver. Les premiers journalistes, les premières télévisons. Oh il allait faire un scandale. Il allait exagérer tout ce qu’il ressentait devant les caméras, il allait pour une fois se prêter à leur jeu aussi longtemps qu’il le voudrait. Lincoln allait le payer. Et jamais, il n’aurait sa femme et ses enfants. Jamais.


The end.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

XX
« I think it's time to let the sun shine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥]

Revenir en haut Aller en bas
 

Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait? [PV Morgan d'amour ♥♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Magic Hosts  :: Muggles World :: Ailleurs-

Partenaires


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit