Partagez | 
 

 A friend for me. | PV Clem.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Neo K. Belzebuth
it's a mad world
avatar



MessageSujet: A friend for me. | PV Clem. Lun 23 Juil - 5:07


La prostitution. N’y a-t-il pas meilleurs moyens de vendre son âme au diable? Neo a l’impression que non. Son corps tout entier est sa prison, et son royaume à la fois. Il se nourrit grâce à ce corps si étranges, si petit et disgracieux. Il ne s’aime pas. Aimer n’est pas quelque chose qu’il a appris, non. C’est plutôt quelque chose qu’il a appris à fuir, aux cours des années. Mais Neo n’est pas le plus fort des lâches, ni le plus faible. Il faillit à sa tache, toujours. Il se perd dans ses peurs, et il se fait frapper pour ses conneries. Rien n’est bon, en lui, à l’exception de son pauvre corps qui lui permet de se payer sa dose quand il en a de besoin, en allant chez Axel. Il n’est bon qu’à cela, se payer sa dose. Et partir. Partir bien loin dans les airs, dans les cieux, quelque part où il ne peut voir le mal qui hante son corps et son âme, et les rues de Salem. Quelque part où Neo n’existe pas vraiment, et toutes ses pensées ne sont rien.

Il a encore eu droit à sa dose, aujourd’hui. Le bonheur l’a de nouveau touché, alors que les nuages se font de plus en plus présents dans le ciel, et que celui-ci gronde sa haine et sa colère à forte voix. Le rat a été heureux pendant un court instant alors que tout lui semblait bien aller. Évidemment, le rat a grand ouvert les yeux, à la fin de tout ça. Il a paniquer, comme à chaque fois, cherchant sur la table un reste de ce qu’il pouvait bien prendre, cherchant quelque chose qui pouvait bien le faire planer. Et Axel était là. Là à lui parler de ça, de leur histoire, et à lui dire qu’une simple caresse et qu’un baiser pourrait mettre fin à tout ça.

Il l’a frappé. Neo a osé le frapper.

La peur s’est aussitôt imposée à son corps, et les larmes avant les coups, il a fui rapidement l’appartement. Axel lui faire payer, la prochaine fois. Il en a la certitude. La prochaine fois…la prochaine dose sera dans longtemps. Neo en a parfaitement conscience. Il se sent déjà en manque, et rien que d’y penser, ses mains tremblent de nouveau, le manque se lisant dans chacun de ses mouvements. Mais Axel est le seul dealer de la ville qui lui échange du sexe contre de la drogue, alors il n’aura pas le choix de le revoir.

Soudain, la pluie tombe. Le regard hagard, il lève les yeux vers le ciel, comme pour s’assurer que la pluie vient bien de là. Il parait stupide, mais la stupidité est une chose qui le quitte que très rarement, quand il sort de chez lui. Il passe une main tremblante dans ses cheveux qui sont déjà bien noyés sous la pluie, puis se lève du rebord de trottoir là où il a pris place, une heure plus tôt. Il doit rentrer. Là, il sera en sécurité. Axel ne connait pas où se trouve sa maison. Il ne sait même pas qu’il a une maison.

Maison.

Il veut rentrer.

Il court. Il court du plus vite qu’il peut. Il a besoin d’être à sa maison. Quelque chose lui dit qu’il doit se trouver là, peu importe les moyens. Plusieurs fois, ses pieds glissent sur le sol humide de la forêt, et il tombe. Rapidement, le gout du sang lui perle à la bouche, et au bout des doigts. Il se trouve pathétique d’être aussi pressé de se rendre à un endroit où personne ne l’attend. Que va-t-il trouver là bas, là l’exception des rats qui mangent tout ce qu’il garde de réserve? Rien du tout. Qu’un endroit bien trop moche pour y vivre, où la pluie peut rapidement s’infiltrer et où l’hiver tue toute présence dans cette demeure.

Pourtant, c’est chez lui.

Enfin, il la voit. Là au loin, aussi perdu qu’elle l’a touché été. Il voit l’arbre qui s’y est échoué après une tempête, et qui empêche presque l’accès à la porte. Neo ne se casse pas la tête, avec les années. Il passe par l’une des fenêtres. Comme à chaque fois par un temps de pluie, ses pas se font patinant sur le sol boueux de la nature, mais il parvient tout de même à rentrer dans la demeure.

Il s’apprête à laisser tomber sa tête sur ce tas de vêtement qui constitue son oreiller, mais un mouvement dans l’ombre de la pièce attire son attention. Tout son corps se tend, avant de se remettre à trembler. Au travers du silence brisé par la pluie, il gémit de peur.

Puis, un second mouvement. Un éclair traverse le ciel, frappant au loin quelques arbres. Le visage de la personne s’éclaire un court instant. Il reconnait Clémence.

    « Oh mon dieu je – clem – je »


Les émotions le font encore plus trembler, et malgré le fait qu’il a assez d’énergie, il ne trouve pas la force de se lever pour le prendre dans ses bras. Il tremble trop. Il a trop peur. Alors, il éclate en sanglot. C’est son ami qui vient à lui, et tel un enfant en peur, il s’agrippe à lui comme s’il détenait les secrets du monde.

Il est brisé.



° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


      « Des kilomètres, des kilomètres, soif dans la gorge, mal dans les pattes. Surtout surtout ne pas penser sinon mon coeur arrête de battre. Chu pris en feu, j'me sens renaître, je cours plus vite qu'le désespoir. J'crie au secours de tout mon être que j'ai peur de jamais revoir. Je sens, je sens des ailes pousser, sur mes épaules et dans mon dos. Métamorphose je t'attendais, moé c'est pu moé c'est un oiseau. Je vais enfin pouvoir m'enfuir exactement comme dans mon plan. Y m'reste juste cinq secondes à vivre, j'ai déjà perdu trop de sang. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: A friend for me. | PV Clem. Jeu 16 Aoû - 18:13

J'ai pris un avion pour me rendre jusqu'ici. J'ai parcouru des kilomètres pour me retrouver dans une foret détruite et dégoutante. Je me suis même brulé les doigts pour te faire des gâteaux afin de te donner le sourire. J'ai pris tout mon temps pour venir te voir, toi. Tu sais pourtant à quel point ma phobie pour les aéronefs est immense et comment je déteste les forets parce que les branches s'enfoncent dans ma peau et l'humidité de celles-ci fait friser mes cheveux et que je suis nul en cuisine. J'espère que tu vois à quel point je tiens à toi. Puis, c'est comme ca que je me fais remercier. Je te vois là , dans le coin de ta petite demeure, à me regarder avec ses yeux immenses, remplis de terreur et de tristesse.

~ Flashback ~


Si cette journée aurait été plus longue, j'aurais pas été capable de l'endurer encore plus. Je m'étais enfermé dans mon bureau à explorer mes messages dans mon cellulaire. Je n'avais aucunement parlé de la journée. Évidemment, pour le patron, c'est mon attitude naturel. Idiot. Toutefois, je n'avais aucunement répliqué quand Seth me surnomma de fillette. J'étais bien trop préoccupé par ce qui m'attendait ce soir.

Enfin, l'heure du départ sonna. Je quittai rapidement mon lieu de travail (évidemment, j'ai sauté sur Seth avant de partir. Je lui ai même donne un p'tit bisous sur la joue. On ne m'appelle pas fillette!) et me dirigeai à mon appartement ou tout était prêt. La valise était prête, les billets reposaient sur le comptoir près des cupcakes. Il manquait qu'une chose. Je me plaçai devant la glace, sortit ma brosse et prit soin de mes cheveux. Voilà, maintenant, c'était parfait!

Ma tête tourna sans cesse. Je vis des étoiles un peu partout autour de moi. Est-ce normal? Devenais-je fou? J'avais sérieusement la nausée. Heureusement que j'avais apporté mon éventail afin de me procurer un peu d'air frais pour que je puisse respirer. J'étais relativement chanceux que personne se trouvait à mes cotés aussi. Bref, j'étais dans l'avion. Ce foutu de moyen de transport. J'en avais la phobie. Je détestais cela. Ça m'a pris tout l'effort du monde pour tout simplement donné mon passeport à la hôtesse pour que je puisse intégrer l'aéronef. Franchement, moi, je rentre juste dans ce truc pour une occasion spéciale, incroyable, voir grandiose.

Neo.

Ma raison. Pour lui, je ferai tout. J'avais pris mon courage à deux mains, je m'étais donné un bon coup de pied dans le derrière et j'avais embarqué dans l'avion. Donc, me voici en ce moment, sur le bord de faire une crise de panique pour lui. Franchement, il est mieux de se considérer chanceux. De toute manière, si quelque chose m'arriverait vraiment, j'aurais pas le courage de le blâmer. Il était bien trop innocent. Bien trop fragile. Je l'adorais comme si c'était mon petit frère, mon p'tit amour.

« LIBREEEE!!!! LA TERREEEEE!!!

Je me jetai sur le plancher. Je n'avais pas peur du ridicule. Pas maintenant. En fait, j'en profitais puisque mon père se retrouvait à des kilomètres d'ici. Bref, tout ca pour dire, que j'étais finalement arrivé à Salem après, quoi, cinq mille années? Je croyais que j'allais mourir, bordel. On ne pouvait pas ouvrir les fenêtres (très drôle, 'tit cœur)?!

« Tu sais quoi, Neo? Tes cupcakes, j'aurais du les faire avec de l'argent. Ouip, comme ca, t'aurais pu t'acheter un bel appartement en plein milieu du centre-ville. Comme ca, j'aurais pas à passer à travers cette putain de foret et- OH MON DIEU C'EST QUOI CA?!

Une moufette. Bordel. J'adore les forets. Au moins j'étais près de sa demeure. Je fis tranquillement le tour de la bête sauvage en gardant un contact visuel avec. Je pris des grandes respirations. Je savais sérieusement pas comment je faisais pour paraître si froid et dur avec mon autre personnalité. Si Seth serait la, il serait probablement mort par terre.

Enfin arrivé à sa maison, je regardai autour de celle-ci. Aucune présence détectée... Un soupir s'échappa de mes lèvres. Encore, encore et pour toujours. Il ne changera pas. Le ciel gronda lourdement et celui-ci se remplit d'éclair vif. La pluie écrasante recouvrit rapidement toute surface possible. Je décidai enfin d'incruster dans la demeure sans permission. J'installai ma valise dans un coin et sortit les cupcakes toujours en bonne forme. Au moins une bonne nouvelle aujourd'hui. Puis, j'attendis patiemment son retour. En espérant que cela soit bientôt. Je m'inquiétais déjà.

~ End of Flashback ~


Bouleversé. Traumatisé. J'arrivais pas à déterminer quel sentiment prenait le dessus en ce moment. Déjà que j'avais toujours ce point dans le cœur quand je lisais ses SMS, maintenant, je le voyais directement avec mes propres yeux. Mes mains tremblaient, mes yeux s'étaient remplis d'eau et moi, comme un con, je restais gelé sur place à le fixer.

« K-Key...

Stop. A une vitesse phénoménale, je retirai ma veste et vint à ses cotes. Je la déposai sur ses épaules et le prit dans mes bras. Je le serrai fort contre moi et lui frottai le dos. Je fis de mon mieux pour retenir mes larmes de couler.

« Vas-y, pleure. Pleure toutes les larmes de ton corps. Clem' est là... J'suis la pour toi...

J'ignorais combien de temps nous sommes restés exactement au même endroit, à s'agripper l'un à l'autre et à écouter la pluie tombée ainsi que les derniers sanglots de Neo. Ma gorge était nouée et j'arrivais aucunement à sortir des paroles de ma bouche. J'étais cloué sur place. Pourtant, mes bras restaient forts. J'avais délicatement posé la tête de mon ami sur mon épaule. Il semblait tranquillement se calmer. Quelques minutes plus tard, lorsque ses pleures cessèrent, je me permis de lui demander:

« C'est ce con encore, n'est-ce pas? C'est lui qui t'a blessé?

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °


Sometimes I wonder if I do the right things.
Am I following the right path?

Bonjour, je m'appelle Clémence et je suis effectivement un mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A friend for me. | PV Clem.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Magic Hosts  :: Muggles World :: Salem | Illinois-

Partenaires


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com